Renault affiche une santé de fer.

Pour Renault, l'année 2016 a été particulièrement fructueuse. Le losange (et ses marques satellites Dacia et Samsung) a en effet écoulé 3,18 millions de véhicules dans le monde, soit une hausse de 13,3% par rapport à 2015. Il est ainsi devenu le premier constructeur tricolore en matière d'immatriculations, devant PSA. Assez logiquement, cette performance a eu des répercussions positives sur la situation financière du groupe, avec une hausse de 13,1% du chiffre d'affaire, ce dernier atteignant les 51'243 millions d'euros en 2016. Il s'agit d'une performance historique pour la firme française.

Lire aussi:

PDG de l'alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn s'est naturellement félicité de ces résultats. "Les objectifs du plan « Drive the Change » lancé en 2011, ont été dépassés tant sur le plan de la croissance que sur le plan des profits, avec un an d’avance. Ceci est le fruit des efforts de tous les collaborateurs du Groupe", a ainsi déclaré l'homme.

Les motifs de réjouissance sont en effet nombreux, comme en témoigne par exemple une augmentation de 38,2% de la marge opérationnelle du groupe (à 3282 millions d'euros). En hausse de 19,7%, le résultat net de 3543 millions d'euros a quant à lui représenté une marge nette de 6,9%.

Fort logiquement, le constructeur français souhaite poursuivre cette dynamique positive en 2017. Il compte ainsi sur la croissance annoncée du marché mondial (entre 1,5 et 2% selon les experts) pour signer de nouvelles performances. Enfin, sachez que Renault présentera en octobre prochain un nouveau plan stratégique couvrant la période 2017-2022.

Si l'optimisme semble donc de mise, rappelons toutefois que le groupe tricolore n'est pas épargné par les soupçons de tricherie consécutifs à l'affaire du Dieselgate. En effet, et bien qu'il clame son innocence, le constructeur est désormais officiellement dans le collimateur de la justice française. 

Lire aussi: