Toyota reste, de loin, le leader de ce segment.

En août 1997, Toyota lançait au Japon le bus Coaster Hybrid EV. Il s'agissait là de son tout premier véhicule hybride, suivi quelques mois plus tard, en décembre, de la toute première Toyota Prius, la première berline hybride de grande série. À l'époque, tous les professionnels de l'industrie automobile jugeaient ce projet d'hybridation totalement farfelu, aujourd'hui, cette solution grand public joue un rôle considérable pour la réduction des gaz à effet de serre et des polluants.

Lire aussi:

Avec un total de 10,05 millions de voitures hybrides vendues depuis 20 ans, Toyota est donc loin devant ses concurrents qui, pour la plupart, en sont encore aux prémisses de l'hybridation. Si la marque japonaise est en avance dans ce domaine, il y a par contre un autre domaine où elle accuse un peu de retard : l'électrique. Après avoir longtemps pensé que le tout électrique n'était pas la solution pour demain, Toyota vient enfin de créer une division technique afin de travailler à part entière sur le 100% électrique.

"À l’époque où nous avons lancé la Prius, personne ne savait même ce qu’était une hybride !" rappelle Takeshi Uchiyamada, président du conseil d'administration de Toyota et considéré comme le père de la Prius. "Ses conducteurs passaient pour des geeks, entre autres qualificatifs. Aujourd’hui, grâce à ces acheteurs précoces qui ont donné sa chance à la Prius, les hybrides se sont fait connaître et ont gagné en popularité, jusqu’à surfer sur la vague du succès pour accéder à la grande consommation. Nous sommes reconnaissants à chacun de ces clients, car ils nous ont permis d’atteindre ce cap symbolique des 10 millions d’hybrides. Nous voulons continuer à travailler main dans la main avec eux pour s’attaquer aux questions globales liées à l’environnement."

Source : Toyota