Renault, Nissan et Mitsubishi partageront des plates-formes communes.

Le constructeur japonais a profité du salon de Genève pour introduire son nouveau plan d’action dans les années à venir. Mitsubishi Motors compte sur l’alliance Renault-Nissan pour réaliser des économies en utilisant notamment des plates-formes et des pièces communes aux trois marques de l’alliance.

Un triple plan stratégique a d’ailleurs été mis en place et couvrira la période 2017-2022. Ces plans prévoient entre-autres une nouvelle plate-forme pour les véhicules électriques à horizon 2020 ainsi qu’un programme technologique commun comme le précise le magazine challenges. Mitsubishi pourra développer ses futurs modèles sur la plate-forme CMF utilisée par les actuelles Renault Mégane, Talisman, Espace, Scénic et les Nissan Qashqai et X-Trail et pourra même disposer de la nouvelle plate-forme CMF-B qui sera inaugurée par la nouvelle Clio V.

Outre la mise en commun des plates-formes, les usines Renault pourront bientôt produire des Mitsubishi en Europe.

2017 - La production du Renault Kangoo à Maubeuge

Osamu Masuko, directeur général de Mitsubishi Motors précise que ces synergies devraient permettre d'économiser au constructeur 200 millions d’euros sur l’exercice 2017 et 330 millions d’euros en 2018.

Pour rappel, le constructeur japonais qui n’a vendu que 106 000 véhicules en Europe en 2016 a rejoint il y a quelques mois l’alliance Renault-Nissan en cédant 34% de son capital à Nissan. Nissan qui par ailleurs a cédé 43.4% de son capital à Renault depuis la mise en place de l’alliance. Mitsubishi rejoint donc le 3ème groupe automobile qui a vendu en 2016 près de 9.96 millions de voitures dans le monde.

Lire aussi:

 

Abonnez-vous à la newsletter

2017 - Mitsubishi Eclipse Cross à Genève