Geely ne veut plus de Proton, PSA va-t-il en profiter ?

Actuellement en difficulté, Proton est à la recherche d'un nouveau partenaire étranger. Le constructeur malaisien intéressait jusqu'alors deux groupes : d'une part le chinois Geely, également propriétaire de Volvo et de l'autre PSA, qui vient de faire main basse sur Opel. Selon de nouvelles informations divulguées par le site chinois South China Morning Post, Geely aurait finalement jeté l'éponge en raison de l'absence de décision de DRB-Hicom, le conglomérat détenteur de Proton.

Lire aussi :

Tout cela pourrait donc faire les affaires de PSA, le seul autre prétendant connu à ce jour. À en croire les journalistes d'Automotive News, le groupe français a bel et bien formulé une offre il y a quelque temps. Il se retrouverait donc en pole position pour acquérir le constructeur malaisien. 

Mais Proton n'est pas qu'un simple constructeur de voitures spartiates. Cette firme est également détentrice de Lotus depuis 1996. Hélas, PSA voudrait avant tout s'implanter en Asie du sud-est et ne serait pas vraiment intéressé par le constructeur anglais. Mais après tout, il n'est pas interdit de rêver un peu. Le récent retour d'Alpine nous a même démontré que les optimistes ont parfois raison.

Pour rappel, PSA s'est offert Opel (et sa filiale anglaise Vauxhall) pour la somme de 2,2 milliards d'euros. Le groupe tricolore est désormais le deuxième constructeur européen, derrière Volkswagen.

Sources : South China Morning Post via Paultan, Automotive News

Lire aussi :