L’Europe n’a jamais acheté autant de SUV !

Tous les constructeurs l’ont compris : il est désormais impératif de disposer d’un SUV au catalogue, sous peine de perdre de précieuses parts de marché. Ne pas en avoir est en effet la garantie de se priver d’une part du public de plus en plus importante.

Car les SUV, du plus compact au plus encombrant, séduisent une clientèle qui ne cesse de croître. C’est ainsi qu’en 2016, 3,8 millions de crossovers et de SUV ont été immatriculés en Europe ! Soit une augmentation de 22 % dans un marché qui a progressé de 6,5 %. Ces véhicules haut perchés sont du coup devenus la niche la plus prisée lors d’un achat puisqu’une voiture neuve sur quatre entre dans cette catégorie (en 2016). L’année d’avant, on n’en était encore qu’à un véhicule neuf sur cinq.

Qashqai champion !

Ce ne sont néanmoins pas les gros SUV qui sont retenus par le consommateur. La preuve : c’est le Qashqai de Nissan qui emporte la mise, un modèle moyen, loin des références premium produites par l’industrie allemande et britannique. Non moins de 234.340 exemplaires du crossover nippon ont été écoulés en 2016. Il est suivi de près par son cousin, le Renault Captur, avec 217.105 exemplaires.

Lire aussi : Genève 2017 - Le Nissan Qashqai se modernise

Les petits premium ne sont néanmoins pas en reste, ceux-ci voyant également leurs chiffres de vente grimper en flèche ! C’est notamment le cas du X1 de BMW, du Q3 d’Audi et du GLA de Mercedes-Benz. Les "SUV de ville" ainsi que les gros 4x4 de luxe sont également en hausse. En fait, seuls les "vrais" tout-terrain, comme le Jeep Wrangler ou la Classe G de Mercedes-Benz ont tendance à diminuer, avec une perte de 12 % de parts de marché.

Enfin, la bonne santé de ce segment a forcément un impact sur d’autres, comme celui des monospaces, des ludospaces, des breaks et même des coupés ! Une forme insolente qui devrait néanmoins être tempérée par l’arrivée de nouvelles références comme le Touran de Volkswagen et le Scénic de Renault.

Faites partie de quelque chose de grand