La magie des alliances.

Après avoir fait main basse sur Mitsubishi, l'Alliance Renault-Nissan étudie une nouvelle ligne stratégique pour les années à venir. L'une des conséquences de ce rachat pourrait être l'apparition de modèles Renault rebadgés Mitsubishi en Asie du sud-est. Pour le constructeur au Losange, cela serait l'opportunité de briller sur un marché qui lui échappe en profitant de l'assise locale de Mitsubishi. Naturellement, un tel projet vise aussi à dégager de nouvelles synergies au sein de l'Alliance avec les économies d'échelles que cela sous-entend. 

Révélée par Trevor Mann, directeur général de Mitsubishi, l'information est à prendre au sérieux, d'autant qu'il s'agit d'une pratique très répandue dans l'industrie automobile. L'homme a par ailleurs ajouté que Nissan pourrait profiter de l'outil industriel de Mitsubishi en Asie du sud-est.

Pour la petite histoire, sachez qu'il existe en France un modèle Mitsubishi arborant un logo français : l'iMiEV, vendue par Citroën (C-Zéro) et Peugeot (iOn). Mais cette situation est une relique d'un accord passé qui ne devrait pas faire long feu.

Plus tard, Nissan et Mitsubishi pourraient construire conjointement un pick-up en Asie du sud-est. Les futurs Nissan Navara et Mitsubishi Triton pourraient ainsi partager la même architecture, d'autant que la plate-forme Mitsubishi serait économiquement plus intéressante que celle de Nissan.

Il semblerait donc que l'Alliance mette doucement en place son plan de bataille. Pour rappel, Nissan a racheté en octobre dernier 34% de Mitsubishi pour 2,3 milliards de dollars (soit environ 2,1 milliards d'euros).

Source : Automotive News

Lire aussi :

 

Faites partie de quelque chose de grand