La refonte du système de revenus pour les écuries est dans le viseur.

Liberty Media, qui a racheté la Formule 1 fin 2016, a évoqué plusieurs fois son intention de revoir le système de redistribution des revenus entre les écuries. Un système très critiqué, garanti par les Accords Concorde, qui régissent l'économie de la F1 jusqu'en 2020, et se veut très déséquilibré. En effet, il garantit des bonus importants à certaines écuries, creusant davantage le fossé entre les top teams et les petites structures. Système qui a causé, en partie, la chute d'équipes comme Manor/Marussia, Caterham ou HRT.

La F1 réfléchit à attirer de nouvelles équipes
La F1 réfléchit à attirer de nouvelles équipes
La F1 réfléchit à attirer de nouvelles équipes

Selon les textes officiels de la Formule 1, 13 équipes peuvent prendre le départ d'un Grand Prix. Cette saison, avec la faillite de Manor, seulement 20 voitures sont inscrites au départ. Une situation qui pourrait empirer, tant d'autres écuries ont manqué de disparaître. Lotus, avant son rachat par Renault, en 2015, tout comme Sauber ou Force India ont ainsi manqué de vaciller, ces dernières années. Trois équipes, et le double de voitures, ce qui aurait porté le plateau actuel à 14 voitures au départ. Difficile à encaisser pour un championnat de classe mondiale.

Réduire les coûts

Selon Jean Todt, président de la Fédération internationale de l'Automobile (FIA), la situation ne pourra pas s'améliorer sans une refonte complète de la méthode de redistribution des revenus, notamment télévisuels. "La seule manière de combler [les places vides] passe probablement par une distribution différente des revenus, qui n'est pas un problème dépendant de la FIA", prévient-il. "C'est un problème, mais nous ne sommes pas impliqués pour négocier sur ce sujet."

La F1 réfléchit à attirer de nouvelles équipes
La F1 réfléchit à attirer de nouvelles équipes

L'homme est aussi un fervent défenseur d'une réduction drastique des coûts en F1 : "Pour moi, et c'est quelque chose que j'ai exprimé à de nombreuses reprises, la Formule 1 est le pinacle du sport automobile, c'est un grand spectacle, mais qui coûte beaucoup trop d'argent", insiste-t-il. "Nous devons regarder comment rendre la discipline plus abordable."

L'exemple américain

Il n'est pas le seul à penser ainsi. Ross Brawn, récemment nommé manager sportif de la Formule 1, estime que la refonte de la distribution des revenus est incontournable pour la catégorie reine. "Les coûts sont très importants", souligne-t-il auprès de Motorsport.com. "Mes confrères [chez Liberty Media] ont été élevés dans une culture où les équipes sportives sont des entreprises rentables. Nous devons essayer de changer les choses pour modifier le business model pour les équipes qui ne sont pas des constructeurs. Nous voulons des constructeurs, nous voulons leur soutien, mais nous voulons rendre le business model viable pour des équipes qui ne sont pas des constructeurs."

Start: Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, leads Sebastian Vettel, Ferrari SF70H, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Felipe Massa, Williams FW40

Ross Brawn pense d'ailleurs que le système marche ailleurs. Notamment dans les championnats américains, comme celui du football américain, la NFL. "Si l'on regarde les équipes de NFL, il y a ce qu'ils appellent leur valeur résiduelle. Je crois que celle des Dallas Cowboys est proche de la valeur totale de la Formule 1... ça n'a pas de sens, non ? Il y a eu une période, dans le football américain, où il y avait un système de récompense faussé, et les deux meilleures équipes recevaient la majorité de l'argent, tandis que les autres étaient en difficulté. Et les deux meilleures équipes ont sacrifié leur position pour trouver une solution équitable."

Selon lui, la F1 devrait être capable de faire les efforts nécessaires : "Lorsque cela a été couronné de succès, c'était encore mieux car le succès était réparti [entre les équipes], et les revenus de ces deux meilleures équipes ont dépassé ce qu'ils avaient auparavant car la discipline a encore mieux fonctionné. Y a-t-il une leçon à retenir pour nous ?"

Avec Basile Davoine, Motorsport.com

Propos recueillis par Jonathan Noble.

Lire aussi:

Source: Motorsport.com

Faites partie de quelque chose de grand