Les voitures autonomes sont-elles un effet de mode ?

C’est une brèche dans laquelle bon nombre de constructeurs se sont engouffrés. La "folie" des véhicules autonomes n’a fait que croître ces dernières années au point qu’une majorité de l’industrie automobile s’est sentie obligée d’embrayer le pas aux pionniers que furent Google mais aussi Daimler et Tesla.

En effet, de nos jours, ce sont des dizaines de constructeurs qui travaillent au développement de technologies à même de libérer le conducteur de ses obligations. Audi, Toyota, Renault, Nissan, Peugeot, Volvo, General Motors, Mercedes-Benz ou encore Tesla sont sur le coup, tout comme la plupart des équipementiers à l’image de Bosch, Valeo ou encore Continental. À ce titre, il n’y a pas une semaine qui passe sans que des progrès majeurs soient annoncés, à l’image de Mercedes-Benz qui vient d’annoncer que sa prochaine Classe S sera équipée d’une flopée d’assistances, dont une partie dédiée à la conduite autonome.

Lire aussi : PSA - La conduite autonome en priorité chez DS

Mais cela ne signifie pas que des véhicules 100% autonomes seront proposés sous peu dans les concessions. Et ce ne sont pas les déboires récents des voitures autonomes d’Uber qui vont accélérer le mouvement. Il faudra donc attendre encore longtemps avant que nos rues soient peuplées de véhicules réellement autonomes.

Selon le constructeur américain Ford, ce délai d'attente serait de dix années. Ken Washington, directeur du développement de la marque à l’ovale bleu, précise que le véhicule entièrement autonome, soit celui ne nécessitant plus aucune intervention du conducteur, n’apparaîtra pas avant 2026. Une prévision qui peut être considérée comme optimiste puisque la fourchette d’estimation oscille plutôt entre 2026 et... 2031 !

La patience est donc plus que jamais de mise en la matière !

Abonnez-vous à la newsletter