Le doyen des breaks surélevés s’offre un léger remaniement.

Peu le savent mais la mode des breaks surélevés a été inventée au Japon, par Subaru. En effet, l’Outback de Subaru a vu le jour en 1995, soit deux ans avant le XC70 de Volvo et quatre ans avant l’A6 Allroad d’Audi.

Le constructeur, qui fait partie intégrante du groupe Fuji Heavy Industries, a profité du salon de New York pour offrir un léger lifting à son break. Il faudra néanmoins porter un regard particulièrement averti au modèle pour remarquer les modifications esthétiques qui ont été effectuées. Les plus perspicaces remarqueront tout au plus une calandre un poil retouchée ainsi que des blocs optiques légèrement revus. En outre, ces derniers peuvent désormais être équipés d’un éclairage LED.

Lire aussi : Genève 2017 – Le nouveau Subaru XV se dévoile

Concrètement, c’est surtout l’habitacle qui bénéficie de cette mise à jour. Ainsi, l’intérieur se pare de nouveaux matériaux ainsi que d’un système multimédia doté d’un écran à la taille plus généreuse et compatible avec le CarPlay d’Apple et le système Android Auto.

2017 Subaru Outback Touring

Subaru annonce aussi avoir recalibré l’assistance à la direction tout comme les freins, pour une réponse "plus naturelle". Sous le capot par contre, rien ne change ! On y retrouve en effet le 2,5 litres atmosphérique à essence qui développe 175 ch ainsi que le 2 litres diesel de 150 ch. Ces deux blocs sont couplés à une boîte automatique à variation continue (CVT), baptisée Lineartronic chez Subaru.

Fiable et costaud, le Subaru Outback est très apprécié dans les contrées reculées, et notamment en Suisse. Cet authentique tout-chemin est doté d’une vraie transmission intégrale et dispose d’une garde au sol de 20 cm.