Les Américaines déjà en orbite dans le Championnat du monde d'endurance ?

Après avoir remporté la victoire lors des trois grandes classiques de l'endurance - 24 Heures du Mans en juin dernier, puis 24 Heures de Daytona et 12 Heures de Sebring -, les Ford GT visent désormais le titre mondial en WEC en 2017. L'an passé, Aston Martin avait remporté le Championnat conducteurs avec Nicki Thiim et Marco Sørensen, alors que Ferrari s'était adjugé la couronne du côté des constructeurs. Cette saison, Ford veut à son tour rafler la mise.

Lire aussi:

C'est plutôt bien parti pour le constructeur américain, vainqueur de la catégorie GTE Pro lors de l'ouverture de la saison du WEC à Silverstone. En qualifications, la Ford GT #67 de Harry Tincknell, Andy Priaulx et Pipo Derani avait déjà décroché la pole position, devançant assez largement la Ferrari 488 GTE #71 et l'Aston Martin Vantage #95, alors que l'autre Ford GT, la #66, décrochait la quatrième place sur la grille.

Peu après le départ de la course, longue de six heures, les deux Américaines s'installaient même aux deux premiers rangs, la #67 devançant la #66. Pourtant, un problème technique contraignait la voiture de tête à stopper à son stand dès la première heure de course. Celle-ci repartait mais relativement distancée, et évoluait désormais sur une stratégie décalée par rapport à ses adversaires.

Ford GT #67

Alors que la #67 reprenait position après position au fil des heures, la #66 voyait sa stratégie ruinée par la neutralisation de la course derrière la voiture de sécurité lors de la quatrième heure de course suite à la violente sortie de route de la Toyota LMP1 de José Maria Lopez.

Alors que la Ford de Olivier Pla, Stefan Mücke et Bill Johnson chutait dans la hiérarchie, contrainte de ravitailler à un moment peu propice, la voiture de Tincknell, Priaulx et Derani émergeait à nouveau en tête. Après une fin de course sous haute tension, les trois hommes s'imposaient finalement devant la Ferrari #51 de James Calado et Alessandro Pierguidi et la Porsche 911 RSR #91 de Richard Lietz et Frédéric Makowiecki.

Lire aussi:

"C'était une manière fantastique de débuter la saison", se félicite Georges Howard-Campbell, le directeur de l'équipe Ford en WEC. "Venir se battre comme cela, décrocher la pole position et remporter la course avec la #67, c'est juste fantastique et bien plus que ce que nous espérions."

"C'est en revanche dommage pour la #66", continue Howard-Campbell. "Ils étaient dans le coup avant d'être contrariés par la voiture de sécurité. Je ne vais pas me plaindre toutefois, car il s'agit d'un superbe coup d'envoi de notre saison. Je suis vraiment heureux du travail que nous avons effectué au cours de l'hiver, pour régler la voiture avec le soutien extraordinaire de Michelin au niveau des pneus."

 

Tincknell-Priaulx-Derani

 

Lire aussi:

Abonnez-vous à la newsletter