Soit 12h30 de plus qu'en 2015 !

Une étude de V-traffic publiée aujourd’hui sur Le Parisien révèle qu’un francilien a perdu en moyenne 90 heures dans les bouchons en 2016. Ce chiffre vertigineux représente environ deux semaines de travail !

Pierre Chasseray (délégué général de 40 Millions d’automobilistes) tire la sonnette d’alarme : "Pour ces millions d’otages de la route, c’est du temps de vie qu’ils perdent, du temps en famille. Mais tout le monde s’en fout ! À commencer par la majorité des candidats à la présidentielle."

Lire aussi:

Pire encore, cette situation s’aggrave d’une année à l’autre puisque V-Traffic indique qu’en 2015, un Francilien a perdu "seulement" 77h30 dans les bouchons. Cette situation très alarmante est en partie expliquée par les grèves des transports, les travaux sur l’autoroute, la baisse du prix de l’essence, les attentats ou encore par les différentes opérations escargots. Les inondations du printemps dernier ont également contribué à cette hausse. Par ailleurs, il est à noter que la semaine du 16 au 22 mai 2016 fut la plus embouteillée en raison des pluies torrentielles et des inondations.

Enfin, l’étude précise qu’un automobiliste en route vers Paris rencontre 24 kilomètres de bouchon le matin et 33 kilomètres le soir en direction de la banlieue parisienne.

Pour vous donner quelques informations utiles, sachez que le jour de semaine le plus embouteillé est le jeudi et que le pic de bouchon se situe entre 17h30 et 18h00. C’est sur l’axe A6a où l’on perd le plus de temps suivi de très près par l’axe A6b. On perd en moyenne 32 minutes et 29 minutes respectivement sur un trajet aller-retour de 50 km.

Lire aussi:

 

Abonnez-vous à la newsletter