Ce week-end se dispute la 101e édition des 500 Miles d'Indianapolis. On vous explique tout !

Qu'est-ce que les 500 Miles d'Indianapolis ?

Créée en 1911, la course des 500 Miles d'Indianapolis se dispute cette année pour la 101e fois, toujours sur le même ovale de quatre kilomètres, à Speedway, dans l'Indiana, aux États-Unis. Il s'agit du plus grand événement sportif organisé sur un jour au monde, puisque c'est une foule de plus de 350'000 personnes qui se réunit lors du "Memorial Day Weekend", le dernier week-end du mois de mai aux USA.

Aller à Indianapolis, c'est se plonger dans une tradition qui a désormais plus de 100 ans, le Borg-Warner Trophy, avec la tête de chaque vainqueur gravée dans l'argent, ces mêmes vainqueurs qui boivent du lait sur la Victory Lane... Les briques, sur la ligne d'arrivée, que chaque pilote rêve d'embrasser à la fin de l'épreuve...

La 1re ligne de l'Indy 500 2016
Le vainqueur 2016 Alexander Rossi, et Michael Andretti

Dans l'Histoire, seuls trois hommes sont parvenus à s'imposer à quatre reprises lors de ce qui est considéré comme l'une des courses de la "Triple Couronne", avec le Grand Prix de Monaco et les 24 Heures du Mans, il s'agit d'A.J. Foyt, d'Al Unser et de Rick Mears. Dans les années 50, la course comptait pour le Championnat du monde de Formule 1, mais c'est dans la décennie suivante que les grands champions de la F1 sont partis à l'assaut du "Brickyard", avec les victoires de Jim Clark en 1965 et Graham Hill en 1966, mais aussi les belles performances de Jackie Stewart et de Jack Brabham.

Conçue pour être le test ultime de la performance et de la fiabilité des véhicules, la course a été le lieu de bien des innovations au fil des années, avec par exemple le premier rétroviseur en 1911, ou les premières ceintures de sécurité dès 1922.

 

Comment ça marche ?

Les 500 Miles d'Indianapolis se déroulent, comme leur nom l'indique, sur une distance de 500 miles, soit 800 kilomètres. Au total, c'est à 200 reprises que les pilotes bouclent le circuit de quatre kilomètres, à des vitesses moyennes dépassant allègrement les 350 km/h !

Si, lors des premières épreuves, la course dépassait bien souvent les six heures, elle est aujourd'hui bouclée en à peine plus de trois heures, le record étant détenu par Tony Kanaan, vainqueur en 2013 en à peine plus de deux heures et 40 minutes.

Quelles sont les voitures utilisées ?

Ce sont des Dallara DW12 d'IndyCar, auxquelles sont greffés des kits aérodynamiques, produits par Chevrolet et Honda, qui fournissent également les moteurs. Ces blocs propulseurs sont des V6 2,2 bi-turbo, produisant à peine plus de 550 chevaux. Cela n'empêche pas les monoplaces de dépasser les 380 km/h en bout de ligne droite ! Scott Dixon a réalisé dimanche dernier la troisième pole position la plus rapide de l'Histoire, à 373 km/h de moyenne sur quatre tours.

 

Est-ce la seule course de l'année ?

Que nenni ! L'Indy 500 compte pour le Championnat IndyCar, qui dispose cette année de 17 courses à travers les États-Unis et au Canada. Cette 101e édition des 500 Miles d'Indianapolis est d'ailleurs la sixième manche de la saison, donc le classement est mené par le pilote français Simon Pagenaud. Le Poitevin est d'ailleurs le Champion en titre de la catégorie !

Y a-t-il des Français engagés ?

Cette année, deux Français figuraient sur la liste des engagés. Outre Simon Pagenaud, qualifié en 23e position sur les 33 voitures composant la grille de départ (dont le coup d'envoi est donné par un départ lancé pour les 11 lignes de trois pilotes, particularité d'Indy !), Sébastien Bourdais faisait figure de favori à la victoire.

Malheureusement pour le Manceau, tout cela a pris une fin abrupte samedi dernier, lors de son troisième tour de qualifications. Victime d'un violent accident, il a subi plusieurs fractures du bassin et de la hanche droite, qui l'empêchent de piloter ce week-end, tout comme pour le reste de la saison.

Les deux Français tentent depuis plusieurs saisons d'apporter une troisième victoire tricolore, après les succès coup sur coup de Jules Goux en 1913 (la légende veut qu'il ait bu six bouteilles de champagne lors de la course !) et de René Thomas, en 1914.

Qui sont les favoris ?

Beauté de l'IndyCar, dont les courses sont toujours extrêmement indécises, il est impossible de composer une liste fiable de pilotes jouant à coup sûr la victoire ! Les deux équipes historiques de la discipline, Ganassi et Penske, engagent au total neuf voitures (quatre pour Ganassi, cinq pour Penske, dont Pagenaud) qui ne peuvent jamais être totalement écartées de la lutte pour la victoire.

Ajoutez à cela les six monoplaces de l'écurie Andretti Autosport, et vous avez déjà une liste conséquente ! Liste dans laquelle on ne peut s'empêcher de citer le nom du double Champion du monde de Formule 1 Fernando Alonso, qui a décidé de faire l'impasse sur le Grand Prix de Monaco pour participer à cette épreuve, au volant d'une monoplace d'Andretti, mais portant le nom de McLaren. L'Espagnol fait équipe avec deux anciens vainqueurs de l'épreuve, Ryan Hunter-Reay (2014) et Alexander Rossi (2016).

Chez Penske, même si les positions de départ ne sont pas très glorieuses pour l'équipe, il faudra composer avec les cinq voitures, dans lesquelles on retrouve, outre Pagenaud, le Champion IndyCar 2014 Will Power, le troisième de l'Indy 500 2016 Josef Newgarden, mais également le double vainqueur Juan Pablo Montoya, et le triple gagnant Helio Castroneves.

Pour le Chip Ganassi Racing, on retrouve également deux anciens vainqueurs, Scott Dixon, poleman et s'étant imposé en 2008, et Tony Kanaan, qui a brisé le signe indien en 2013, s'imposant lors de sa 12e tentative !

Comment suivre la course ?

L'épreuve sera diffusée en France en direct sur l'antenne de Canal+ Décalé à partir de 18 heures, avec un départ prévu sur les coups de 18h20.

Il ne nous reste plus qu'à dire "Lady and Gentlemen, Start Your Engines!"

Les 500 Miles d'Indianapolis