Les grévistes protestent pour une hausse des salaires.

Les conducteurs de camions citerne sont en grève depuis vendredi et continuent leur mouvement en ce lundi 29 mai 2017.

Les grévistes réclament une reconnaissance des spécificités propres au transport de matières dangereuses comme le carburant, le gaz ou les produits chimiques. La CGT-Transport réclame un taux horaire minimal de 14 euros et un treizième mois. Cependant, le patronat ne semble pas lâcher du lest et aucune réunion n’est prévue afin d'éclaircir cette situation.

Pour le moment, cette grève ne touche principalement que la région Île-de-France, mais pourrait rapidement s’étendre en province en l’absence de négociation. D’ailleurs, 60% des stations en Île-de-France semblent être touchées par le mouvement de grève et certaines ont baissé le rideau. Elles n’ont pas été ravitaillées depuis vendredi.

Aujourd’hui, les grévistes annoncent un durcissement du mouvement car le "patronat méprise les salariés". Il ne serait pas étonnant que d’autres conducteurs de camions citerne en province refusent à leur tour de prendre le volant dans les jours à venir.

L’Union française des industries pétrolières se veut optimiste. Ce mouvement de grève a été anticipé et les cuves ont été réapprovisionnées au plus haut en fin de semaine dernière. Selon l’UFIP, seul un mouvement de panique chez les automobilistes peut entraîner un risque de pénurie d’essence.  

Lire aussi: