Les radars rapportent toujours plus d'argent mais ne profitent pas à la sécurité routière.

La cour des comptes a publié une note d’analyse dans laquelle on apprend qu’en 2016, l’état a réalisé 920 millions euros de recettes grâce aux radars de vitesse, de feux rouges et de passages à niveau.

Lire aussi:

Au total, la cour des comptes annonce que "le montant global des amendes perçues par l'État au titre de la circulation et du stationnement routiers s'est élevé à 1817,9 millions d'euros au lieu de 1607,7 millions d'euros en 2015". Par rapport à 2015, cela représente une hausse de 11,6 % !

Si l’on s’intéresse aux radars automatiques, le montant des amendes s’élève à 760,5 millions d’euros auxquels s’ajoutent 159,8 millions d’euros d’amendes forfaitaires majorées. Sachant que la France compte environ 4300 radars, un simple calcul mathématique montre qu’en moyenne, un radar rapporte 214'000 euros par an.

Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes s’indigne : "On ne sanctionne que des petits excès de vitesse, on a trouvé la recette miracle pour faire du jackpot" et poursuit : "Y'en a marre qu'en France, il faille toujours sauver le soldat-radar, il faut le replacer à son niveau d'efficacité, qui est faible !".

Lire aussi:

En effet, la cour des comptes rappelle qu’en 2016, les résultats de la mortalité routière ont été à la hausse pour la troisième année consécutive. La France a enregistré 3500 personnes tuées lors des accidents de la route, soit une hausse de 3,5 % par rapport à 2015.

Plus révoltant encore, la cour des comptes estime que "plus de 50 % des recettes des amendes, ne sont pas directement affectées à la mission". Autrement dit, plus de 50 % de l’argent récolté, soit 837 millions d’euros, ne profite pas à la sécurité routière ! Machine à pognon vous avez dit ? 

Lire aussi: