Fondateur de l'entreprise mais plus patron.

Le patron et cofondateur d’Uber, Travis Kalanick, a annoncé son départ mercredi 21 juin 2017. Le sulfureux dirigeant de 40 ans a été poussé vers la sortie par cinq des principaux actionnaires qui détiennent 25 % du capital et 40 % des droits de vote.

Lire aussi :

Dernièrement, ces actionnaires ont gentiment demandé au patron de prendre une année sabbatique à durée indéterminée afin de repenser l’entreprise et de redorer le blason. Depuis plusieurs années, Uber essuie de nombreuses plaintes ainsi que de multiples actions en justice pour des affaires de fraude, de discrimination et de harcèlement. Le patron a été pointé du doigt pour son arrogance et son management plus que discutable.

Uber

Dans ce contexte de crise, Kalanick a accepté de démissionner de ses fonctions en conservant tout de même un poste au conseil d’administration. Suite à sa démission, il a déclaré : "J’aime Uber plus que tout au monde, mais en cette période difficile de ma vie personnelle, j’ai accepté la demande des investisseurs de me tenir à l’écart en vue de laisser Uber poursuivre sa construction plutôt que d’être distrait par un autre combat."

Le conseil d’administration d’Uber recherche donc un nouveau PDG qui aura les épaules assez solides pour remplacer Travis Kalanick. L’entreprise lance un programme de restructuration afin d'améliorer l’image de marque souillée par les scandales à répétition.

Quelques heures après sa démission, des employés d'Uber ont lancé une pétition demandant le retour immédiat de Travis Kalanick. Cette pétition a déjà recueilli plus de 1100 signatures, soit près de 10 % des effectifs de l'entreprise. 

Lire aussi :

Faites partie de quelque chose de grand