Aston Martin étudie un programme moteur en F1 pour 2021.

Aston Martin et la F1 n'est pas forcément une histoire de réussite. Si la marque anglaise n'a pas connu de grands succès en catégorie reine, à la fin des années 1950, elle a bel et bien participé à plusieurs Grand Prix, en parallèle de son programme Endurance. 

Lire aussi:

Aujourd'hui, Aston Martin a remis un pied en Formule 1, via le soutien de l'écurie Red Bull, et un partenariat entre l'équipe autrichienne et la marque anglaise sur une hypercar, la Valkyrie, mise au point par les équipes d'Adrian Newey. On a également pu observer la présence de la marque lors des réunions de travail de la FIA sur l'avenir de la F1, et notamment les moteurs, à partir de 2021.

Aston Martin en Formule 1?

Selon Andy Palmer, PDG de la firme de Gaydon, un retour de la marque en tant que motoriste pourrait se justifier uniquement si un plafond était fixé au niveau des coûts. "Avec la Valkyrie et avec Red Bull, nous sommes dans la périphérie de la F1", explique Palmer à Motorsport.com. "Il y a toujours cette question : voudriez-vous venir avec une équipe ? Notre concurrent majeur est Ferrari, donc dans ce sens, il y a une raison d'être pour une implication d'une certaine manière. Mais pour une entreprise qui vient tout juste de faire des profits, nous n'avons pas les 350 à 400 millions par an qu'il faut dépenser en F1."

L'argent, nerf de la guerre, une nouvelle fois, est donc la question primordiale pour Aston Martin. "Si – et en réalité c'est un grand 'si' – il y a un plafond pour le nombre de personnes ou pour la quantité d'argent que l'on peut dépenser pour développer un nouveau moteur, et que c'est à un niveau raisonnable, nous avons une bonne raison d'étudier cela. Pour le moment, il y a beaucoup d'opinions, et c'est encore en transformation, quelle que soit l'idée finale."

Aston Martin en Formule 1?

Andy Palmer explique cependant que ce qui ressort des premières réunions et plutôt prometteur, même s'il n'y a pas de consensus clair parmi les actuels et potentiels motoristes.

"Cela prend sans aucun doute sur le bon chemin", précise-t-il. "Clairement, tout le monde accepte l'idée qu'il faut plus de spectacle en F1, qu'il faut plus de bruit, que l'on ne veut pas trop restreindre la performance, mais il faut faire baisser les coûts de participation. Je ne pense pas que qui que ce soit dans la salle soit en désaccord avec ça."

Aston Martin en Formule 1?

Reste désormais l'inconnue à prendre en compte : comment appliquer ces idées ? "Le débat, c'est 'Comment' ? La FIA dira 'Pourquoi n'enlevez-vous pas ceci ?', et la moitié de l'assistance répondra 'Non, on ne peut pas faire ça'. Il y a donc un long chemin à faire vers un format que tout le monde acceptera. Et je ne pense pas que ce sera le cas. Je pense qu'à la fin, la FIA ou la F1 diront 'C'est cela que nous devons faire'. Le biturbo ou le turbo unique, ce n'est pas encore réglé. Oui, c'est sur la table, mais ce n'est pas réglé."

Recherches en cours

Si, pour le moment, Aston Martin n'a lancé aucun projet, la marque travaille cependant sur l'avenir de la F1, au même titre que Renault, Honda, Ferrari et Mercedes. Actuellement, ces motoristes se sont mis d'accord pour effectuer des recherches sur les formats de motorisation possibles. "On nous a demandé d'étudier quelle serait l'incidence sur les pressions de cylindre, quelle incidence cela aurait sur la performance. Évidemment, dans notre cas, c'est un moteur hypothétique", ajoute Palmer.

Lire aussi:

La marque dispose également de liens étroits avec Cosworth, qui travaille sur le projet Valkyrie. Pour autant, Andy Palmer conserve une vision très ouverte quant à une possible coopération pour l'avenir. "Il n'y a pas de certitude. Nous avons bien entendu de bonnes relations avec Cosworth, et si l'on essaie de créer une relation qui dit 'Valkyrie, F1, quand vous achetez votre Aston 150'000£ elle a quelque chose de cette lignée', alors il y a évidemment du sens à essayer de mettre tout ça ensemble."

Aston Martin en Formule 1?

"Ça ne veut pas dire que nous n'envisagerions pas Ricardo [fournisseur de la boîte de vitesses pour la Valkyrie] par exemple, qui était à la réunion, ou Ilmor, qui y était aussi. Nous écoutons tout. Nous avons discuté de ce que ça pourrait être avec différentes parties, mais nous n'avons pas pris de décision. J'espère que ce sera plus clair en septembre, et que ça nous permettra de prendre une décision appropriée."

Palmer espère en effet qu'Aston Martin apportera un soutien technique si un projet F1 progresse, plutôt que de simplement badger le moteur de quelqu'un d'autre. "Je n'ai jamais été fan du simple sponsoring, j'essaie toujours d'avoir un certain degré d'authenticité, et plus il y a d'authenticité, mieux c'est, vraiment. Pour le moment, l'authenticité passe par la Valkyrie, et par le fait qu'Adrian Newey travaille avec nous. Mais si nous pouvons prendre une autre direction, et trouver quelque chose à quoi nous pouvons contribuer techniquement, alors j'y suis favorable."

Avec Basile Davoine et Adam Cooper/Motorsport.com

Source: Motorsport.com

Aston Martin en Formule 1?