Le rachat de la marque par le groupe Geely devrait bouleverser l'avenir du constructeur britannique.

Lotus est aujourd'hui l'une des dernières marques automobiles à proposer des véhicules uniquement dédiés au plaisir automobile. Y aurait-il des raisons pour que cela change ? Peut-être. En effet, après le rachat par le groupe Geely (également propriétaire de Volvo) de la société malaisienne DRB-HICOM, propriétaire de la marque Lotus, Geely devrait finaliser l'acquisition de la société anglaise ce mois de septembre moyennant un contrat de 51 millions de livres (soit environ 55,7 millions d'euros).

Les experts de l'industrie automobile pensent que Geely pourrait faire comme avec Volvo, c'est-à-dire garder les équipes de style et les ingénieurs, mais orienter différemment le plan produit et surtout injecter les fonds nécessaires pour se donner les moyens de ses ambitions. C'est ce qu'il s'est d'ailleurs passé avec Volvo quand la marque suédoise est passé sous pavillon chinois en 2010, après quelques années passées sous la houlette de Ford.

Lire aussi :

Le savoir-faire des ingénieurs de Lotus pourrait d'ailleurs servir à l'ensemble du groupe. En effet, la conception de modèles légers comprenant des châssis et des carrosseries bien spécifiques réclament une attention toute particulière. Les ingénieurs de chez Lotus ont un réel savoir-faire dans ce domaine puisque la légèreté est depuis toujours le mot d'ordre chez le constructeur britannique. Lotus a donc actuellement une activité de conseil pour réduire le poids des voitures et améliorer leur aérodynamique.

Mais ce n'est pas pour autant que la marque anglaise ne produira plus de voitures, en témoigne la future Elise qui devrait arriver d'ici 2020. Lotus pourrait même accueillir des modèles électriques à l'avenir. De plus, Lotus n'est certainement pas novice dans ce domaine. Preuve en est, certains de ses ingénieurs ont accompagné Tesla en 2008 à la sortie de leur petit roadster.

Lire aussi :

Sans compter que le PDG de la marque, Jean-Marc Gales, ne semble pas vraiment contre une future voiture électrique chez Lotus : " En deux ou trois ans, les voitures électriques seront beaucoup plus performantes qu'elles ne le sont actuellement parce que la technologie avance. Cela pourrait être intéressant d'être la première marque à développer une voiture électrique qui ne pèse pas deux tonnes".