Selon Andy Palmer, la Valkyrie étudiée avec Red Bull marque une nouvelle étape dans l'histoire d'Aston Martin.

Alors que la relation entre Red Bull et Aston Martin devient de plus en plus étroite en Formule 1, avec l'annonce du sponsoring que de l'écurie autrichienne par la marque de Gaydon, Andy Palmer, président d'Aston Martin, est revenu plus précisément sur le partenariat entre les deux entités. L'occasion pour lui de parler de la Valkyrie, fruit de cette union.

Lire aussi:

Ancien collaborateur d'Infiniti, marque qui travaillait avec Red Bull en F1 au début des années 2010, via le partenariat avec Renault, Palmer savait qu'Adrian Newey rêvait de faire une voiture de route. Aussi, lors de sa nomination chez Aston Martin, Palmer n'a pas mis longtemps à convaincre le directeur technique de Red Bull, champion du monde de F1 aussi bien avec Williams que McLaren et Red Bull. "J'essaye de transformer Aston Martin en marque internationale", explique-t-il à Formula1.com. "J'ai besoin d'une image, d'un symbole de changement, et Adrian veut faire un symbole. Nous savons comment concevoir une voiture et la mettre en production, Adrien sait les étudier." Ainsi la Valkyrie était lancée.

Aston Martin et Red Bull

Un nom assez étonnant, trouvé par Palmer lui-même : "Nous avons l'habitude de nommer nos voitures avec un V (cf : Vantage, Volante, Vanquish). J'ai cherché dans le dictionnaire et j'ai vu Valkyrie. Je me suis dit 'Wow, ça semble cool'."

Aston Martin Valkyrie with near-production body
Aston Martin Valkyrie with near-production body

L'idée d'un symbole semble avoir fonctionné. La Valkyrie est l'une des autos les plus attendues à l'heure actuelle, et avec son V12 atmosphérique et ses mille chevaux, pourrait bien être la voiture la plus performante de l'Histoire. "À Singapour [lors du Grand Prix de F1], des gens me demandaient s'il en restait en vente. La réponse est non. Il n'y en que 150 pour la route et 25 pour la piste."

Lire aussi:

Project One et autre projets

Elle va aussi permettre à la firme britannique de lancer des projets différents de ceux actuels. Cela passe notamment par des autos à moteur arrière, à l'opposé de la philosophie actuelle d'Aston Martin. "La bonne nouvelle est que nous sommes une entreprise qui grandit. Espérons que tous les déçus de ne pas avoir la Valkyrie pourront s'offrir quelque chose d'autre à l'avenir. La Valkyrie ouvre la porte à d'autres projets."

Aston Martin Vanquish Zagato

Autre aide inattendue pour Aston Martin, celle de Mercedes-AMG avec la Project One. En préparant son hypercar, la firme à l'étoile a fait tourner les projecteurs autour de ces autos extraordinaires. Pour Andy Palmer, l'émulation qui en ressort est bénéfique, même si la marque ne s'y attendait pas : "Lorsque nous avons pris la décision de faire la Valkyrie, nous ne savions pas que Mercedes-AMG travaillait sur Project One. Il y avait eu des rumeurs que nous n'avions pas prises au sérieux. Qu'ils amènent la Project One, elle est fantastique mais différente de la nôtre."

Aston Martin Valkyrie with near-production body

Lire aussi:

Les deux concepts sont en effet assez différents : "La Valkyrie ressemble à quelque chose d'étranger à ce monde. C'est une F1 d'un point de vue châssis et aérodynamique, avec un énorme moteur à l'arrière. Ils ont choisi une carrosserie relativement conservatrice, avec un moteur de Formule 1, ce qui est intéressant,  et il sera intéressant d'avoir les deux côte-à-côte."

Découvrez l'Aston Martin DBS de 1967 en photos !

Aston Martin Valkyrie proche de la production