... ils seront quand même disposés avant ou après certains virages.

Entre les radars piétons, les radars embarqués dans des voitures privées ou encore les radars cachés dans les poubelles, les dispositifs pour contrôler la vitesses des automobilistes ne manquent pas. Et depuis quelques jours, c'est même un nouveau type de radar qui fait jaser : les radars virage.

Lire aussi:

Jusqu'à maintenant, les radars étaient effectivement homologués en virage. Mais une annonce faite mi-septembre par la Sécurité Routière nous apprenait qu'une "nouvelle technologie des radars autonomes permet le contrôle de la vitesse d'un véhicule en mouvement dans une courbe". Un dispositif homologué homologuée par le Laboratoire national de métrologie et d'essais (LNE) le 25 juillet dernier qui vise notamment les routes sinueuses ou de montagne.

Quelques jours après ce nouveau coup de semonce pour les automobilistes qui se sentent de plus en plus traqués, le délégué interministériel à la sécurité routière a tenu a préciser certains points sur ces futurs radars virage. Il a en effet expliqué qu'aucun radar ne sera placé en plein virage, mais en amont ou en aval de celui-ci. "Nous ne mettons pas le radar dans un virage. Nous le mettons pour contrôler la vitesse dans le virage, mais à l’entrée ou à la sortie du virage", a précisé Emmanuel Barbe, sur RMC. Et de continuer : "Ce radar est toujours annoncé par un panneau".

Voir aussi:

Cette déclaration est une manière de répondre aux associations d'automobilistes de motards et d'automobilistes qui, lors de l'annonce de l'arrivée de ces radars, ont jugé dangereux de les placer dans les virages, compte tenu du fait qu’un conducteur a souvent le réflexe de freiner en voyant un radar.

Pour Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, cette mesure permettrait de faire baisser la mortalité des deux roues, les virages constituant "toujours un moment dangereux" pour les motos.