Selon une étude AXA Prévention, les comportements accidentogènes seraient plus nombreux lors des trajets professionnels.

La sécurité, c'est aussi l'étude des comportements. Pour mieux comprendre les raisons des accidents, il convient aussi d'en étudier le contexte. La vitesse et l'alcool sont souvent une première cause, mais semble-t-il que les accidents lors de trajets professionnels sont aussi une raison. Selon une étude commandée par AXA Prévention, les Français prennent systématiquement plus de risques lors de leurs trajets professionnels.

Lire aussi:

Lors de ces trajets dans le cadre de l'activité professionnelle, sans compter ceux pour se rendre au travail, près de 124 conducteurs ont perdu la vie en France en 2016. Ça fait un mort tous les 3 jours. Selon AXA, ce sont surtout les mauvaises habitudes prises lors de ces déplacements qui sont inquiétantes.

Ainsi, le téléphone au volant est l'une de ces mauvaises habitudes. AXA explique que 65% des conducteurs téléphonent lors d'un trajet professionnel, contre 39% pour l'ensemble des Français. 36% lisent leurs SMS, contre 24% en général, et 58% suivent leur GPS depuis leur smartphone contre 40% dans l'ensemble.

Téléphone au volant

Côté fatigue, c'est aussi peu reluisant. 76% de conducteurs prennent le volant la nuit pour les longs trajets (58% pour l'ensemble des Français), en revanche, le problème se pose lorsqu'un conducteur sur deux avoue conduire en dépit des sensations de fatigue. Bilan d'autant plus inquiétant que 43% des conducteurs peuvent conduire 4 à 5 heures sans faire de pause.

Moins de concentration

La vitesse est aussi pointée du doigt dans l'enquête. Selon AXA, 88% des conducteurs professionnels conduiraient plus vite que les limitations. Par exemple, sur autoroute : 17% d’entre eux roulent à plus de 160 km/h (contre 11% dans l'ensemble) et 54% à 140-150 km/h (contre 46% dans l'ensemble). Sur le réseau secondaire, 29% roulent à 120-130 km/h (contre 23% dans l'ensemble) et 66% à 100-110km/h (contre 51% dans l'ensemble).

AXA pointe également le problème de l'alcool au volant, notamment lors des déjeuners professionnels, et il est régulier de reprendre le volant après des repas professionnels arrosé : 30% conduisent de nouveau après avoir bu deux verres, et 7% après 4 ou 5 verres. Le stress en ville est également étudié : 80% ne s’arrêtent pas au feu orange (77% pour l’ensemble des Français), 41% roulent à 65 km/h (contre 36%) et 49% ne mettent pas leur clignotant pour doubler ou tourner (contre 44%).

Lire aussi:

La conduite de voiture de fonction n'aide pas forcément à améliorer les choses, et les conducteurs prendraient plus de risques au volant des voitures de société. 59% conduisent en état de fatigue et 53% pendant 4 ou 5 heures d’affilée. Ils sont 26% à rouler à plus de 160 km/h sur autoroute et 60% à ne pas réduire leur vitesse par temps de pluie (contre 47% en général).