L'Union européenne va organiser, la semaine prochaine, une rencontre entre les industriels de l'automobile, de la chimie et de l'ingénierie pour parler des batteries.

 

La révolution énergétique de l'automobile se confirme en cette année 2017, avec la multiplication des annonces des constructeurs présentant des concepts électriques. Dans ce développement accru et accéléré, les différents acteurs se positionnent autour d'un facteur clé, les batteries, et notamment la Chine et les États-Unis.

C'est dans ce contexte que Renault, Daimler, BASF, Siemens vont notamment participer à une réunion au sein de l'Union européenne la semaine prochaine, à Bruxelles. Le gouvernement européen pourrait appuyer la création d'un consortium d'industriels pour développer les batteries, et faire face à la concurrence internationale. Volkswagen, Saft, une des filiales de Total, Continental ou encore Umicore pourraient être de la réunion.

"Notre ambition est de créer une production au sein de l'UE, une chaîne totale, y compris le recyclage", a déclaré Maros Sefcovic, vice-président de l'Union européenne auprès de l'agence Reuters. "Le soutien du développement des batteries est tout simplement un impératif si nous sommes sérieux au sujet de la transition vers les mobilités électriques."

Pour le vice-président d'Umicore, Egbert Lox, l'Europe aurait besoin d'un "Airbus de la batterie". Il faut dire que la majorité des composants des batteries des constructeurs européens est pour l'instant produite en Chine. De fait, l'Europe souhaiterait un acteur majeur local dans ce secteur.

L'idée pourrait se révéler être bonne économiquement : avec un marché en plein boom, l'électrique est un secteur d'investissements. Rien qu'en 2016, le prix des batteries a baissé de 18%, courbe qui pourrait encore évoluer à l'avenir, et rendre le secteur de l'électrique encore plus attractif.

En revanche, il reste à résoudre les questions des matières premières et du recyclage. Produire pour le marché actuel n'engendre pas les même contraintes qu'un marché bien plus important. "Nous sommes en train d'évoluer vers un monde où on nous instruit d'aller dans la direction du véhicule électrique. Je ne voudrais pas que dans 30 ans, on ait découvert les uns ou les autres quelque chose qui n'est pas aussi beau que ça en a l'air", a notamment expliqué Carlos Tavares, patron de PSA, à l'occasion du Salon de Francfort.

 

Renault Zoe Edition One