Organisateur des 24 Heures du Mans, l'ACO réagit au choix de Peugeot de choisir le rallycross plutôt que l'Endurance.

Depuis l'annonce du départ de Porsche, cet été, pour la Formule E, l'Endurance connaît une période difficile. Il est vrai que les départs cumulés depuis 2015 de Nissan, Audi, puis Porsche, laissent une catégorie LMP1 trop peu fournie pour un championnat mondial.

Lire aussi:

Le retour d'autres constructeurs, comme Peugeot était espéré depuis quelques temps, mais la marque au lion a mis fin aux supputations en annonçant renforcer son programme rallycross. De fait, l'Automobile Club de l'Ouest, organisateur de la classique mancelle, réagit à cette annonce, qui sous-entend la mise à l'écart d'un projet Endurance.

Peugeot préfère le rallycross à l'Endurance

Le constructeur français a participé aux discussions concernant les futures règles du LMP1, et un retour du Lion était envisagé tout autant que souhaité, dans une période où l'élite de l'Endurance a perdu Audi et Porsche, laissant pour le moment Toyota comme seule équipe d'usine en WEC.

"L’Automobile Club de l’Ouest a appris la décision de Peugeot d’intensifier son programme dans une série, autre que l’endurance", a réagi l'organisateur des 24 Heures du Mans et du FIA WEC dans un communiqué officiel. "Nous ne pouvons que l’accepter et leur donner rendez-vous dans les années qui viennent pour leur prouver l’intérêt de notre discipline, le bien fondé du virage emprunté par l’Endurance, tant en matière de coûts que de technologie retenue, que d’autres constructeurs et d’autres équipes engagés à nos côtés, leur démontreront alors." 

Peugeot préfère le rallycross à l'Endurance

Pour un retour en LMP1, Peugeot avait posé des conditions, parmi lesquelles une réduction notable des coûts. Le constructeur tricolore n'a visiblement pas été convaincu par l'abandon de la mouture initiale du règlement 2020, n'y trouvant pas son compte dans les budgets à allouer. L'ACO et la FIA tentent pourtant d'aller dans ce sens, alors que les deux entités planchent sur la rédaction du règlement LMP1 qui devrait entrer en vigueur lors de la saison 2020-2021.

Lire aussi:

"Nous poursuivons notre plan de marche, défini autour d’une catégorie reine accessible pour des budgets bien moindres que ceux des dernières années, devenus exponentiels, comme ce fut très souvent le cas dans le passé avec la présence de plusieurs constructeurs", souligne l'ACO. "Ce cycle naturel en Endurance, nous nous y adaptons et réagissons en conséquence. Plus que jamais, nous sommes constructifs, impliqués dans l’attractivité de l’endurance, dans un contexte global changeant."

Peugeot préfère le rallycross à l'Endurance