Le maire de Londres, Sadiq Khan, souhaite que Mercedes, BMW et Volkswagen participent à l'amélioration de la qualité de l'air dans sa ville.

Les services financiers des constructeurs allemands doivent fonctionner à plein régime ces derniers temps, notamment ceux du groupe Volkswagen après les différents contentieux liés au dieselgate. L'horizon ne semble en tout cas pas vraiment s'éclaircir, les gouvernements ne cessent d'affirmer leur intérêt pour le tout électrique et la fin du thermique. Les constructeurs vont donc devoir s'adapter et suivre les mouvances ordonnées par nos politiciens. Mais avant d'en arriver là, il va falloir encore résister aux missiles balistiques envoyés de toute l'Europe et outre-Atlantique qui ciblent les constructeurs allemands en espérant les faire payer toujours un peu plus.

Lire aussi :

Le dernier en date ? Celui du maire de Londres, Sadiq Khan, qui s'agace quant à la décision des constructeurs allemands de bien vouloir contribuer financièrement à l'amélioration de la qualité de l'air en Allemagne, mais pas en Europe et surtout pas à Londres. 

Sadiq Khan a déclaré à ce propos : "Ils ont admis avoir été contraint de modifier les émissions de leurs voitures, mais ils cantonnent leurs investissements à l'Allemagne seulement. C'est ridicule, puisque leurs véhicules sont commercialisés dans toute l'Europe, et pas seulement en Allemagne. Ils doivent appliquer la même politique sur tous les marchés où ils sont présents."

Le maire de Londres ajoute : "En juillet dernier, le directeur général britannique de Volkswagen s'est assis à mon bureau et a déclaré qu'ils ne pouvaient pas contribuer au financement de l'amélioration de la qualité de l'air de Londres, mais ses homologues allemands fournissent de l'argent à leur gouvernement. Les Londoniens trouvent tout ceci inacceptable."

Pour le moment, les trois constructeurs allemands visés, Mercedes, Volkswagen et BMW, n'ont répondu positivement qu'au gouvernement allemand. Il s'agit d'un investissement collectif à hauteur de 250 millions d'euros vers un fond spécifiquement dédié au futur de la mobilité au sein des grandes villes.

Source : The Guardian