Lewis Hamilton a fait un nouveau pas vers le titre mondial en remportant le Grand Prix des États-Unis pour la cinquième fois en six ans, juste devant son rival Sebastian Vettel. Mercedes s'octroie le titre constructeurs.

Après une présentation des pilotes en véritable show à 20 minutes du départ, c'est Lewis Hamilton qui occupait la pole position avec son rival pour le titre Sebastian Vettel à ses côtés. Valtteri Bottas occupait la troisième place sur la grille devant Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen, qui ont signé le même temps au millième près en qualifications.

Quand le top 9 a pris le départ en ultratendres, Pascal Wehrlein a fait un pari intéressant avec les tendres, tandis que Max Verstappen faisait partie des concurrents en supertendres.

Vettel en tête au départ

À l'extinction des feux, c'est Vettel qui a pris les devants grâce à un envol canon, devançant Hamilton, Bottas et Ricciardo, ces derniers bataillant ardemment lors des premiers tours. L'Australien a notamment plongé à l'intérieur au premier virage dans le quatrième tour, avant de se faire décroiser. Räikkönen, quant à lui, s'est fait déborder par Esteban Ocon au départ, et a mis un peu de temps à prendre l'avantage sur la Force India.

 

Il n'y a pas eu d'incident majeur dans le peloton malgré quelques sorties de piste sans gravité. Pascal Wehrlein et Nico Hülkenberg sont néanmoins rentrés au stand au bout de quelques tours, tous deux contraints à l'abandon. Le pilote Sauber, en l'occurrence, a été victime d'un contact avec la Haas de Kevin Magnussen, tandis que son compère de chez Renault a subi un problème de pression d'huile.

Hamilton riposte

Hamilton n'a toutefois pas laissé Vettel s'échapper et lui a fait l'intérieur au sixième tour pour reprendre la tête de la course, creusant suffisamment l'écart dans la boucle suivante pour écarter l'Allemand de sa zone DRS.

Bottas, quant à lui, a rapidement été relégué à plus de cinq secondes de son coéquipier, alors que Verstappen remontait très vite dans le top 10 après sa pénalité moteur. Le Néerlandais a pris la sixième place, qui constituait son objectif minimal, dès le dixième tour.

Ricciardo abandonne, Ferrari réagit

Ricciardo a été le premier des hommes de tête à rentrer au stand, au 13e passage, après une passe d'armes avec Räikkönen pour la quatrième place. Le pilote Red Bull a repris la piste en neuvième position avec un train de gommes supertendres, se dirigeant clairement vers une stratégie à deux arrêts... avant d'être trahi par son moteur quelques boucles plus tard.

 

Après 15 tours de course, l'écart entre Hamilton et Vettel continuait de croître en tête de la course, supérieur à quatre secondes. Mais alors que les drapeaux jaunes étaient agités pour la Red Bull de Ricciardo, Vettel a décidé de s'arrêter à la fin du 16e tour pour chausser des pneus tendres, peut-être par crainte de l'intervention d'une voiture de sécurité. La Ferrari est ressortie cinquième, derrière Verstappen. Bottas a fait de même deux boucles plus tard.

Hamilton garde l'avantage

Ce n'est qu'après 19 tours que Hamilton est rentré au stand, optant également pour des tendres. Le pilote Mercedes a repris la piste sous le nez de Sebastian Vettel, dont le rythme bien supérieur en pneus neufs n'a pas suffi à faire fonctionner l'undercut. L'opportunité était manquée pour Ferrari : le quadruple Champion du monde est rapidement sorti de la zone DRS de son rival.

 

Hamilton a récupéré la tête de la course dans la 23e boucle en dépassant aisément un Verstappen aux gommes bien plus usées, ce dernier s'arrêtant peu après pour passer des tendres. À ce stade, l'écart entre les deux candidats au titre était déjà de trois secondes.

Alonso abandonne... encore !

C'est alors qu'une scène habituelle s'est rejouée une énième fois, peut-on dire sans surprise ? Un problème moteur sur la Mclaren-Honda de Fernando Alonso, qui a été contraint à l'abandon alors qu'il jouait les points.

 

Logiquement plus rapide avec ses enveloppes plus fraîches, Verstappen est remonté sur le quatuor de tête au rythme d'une seconde au tour. Pendant ce temps, c'est une bataille acharnée qui opposait Felipe Massa aux Force India pour la sixième place, le vétéran brésilien leur résistant tant bien que mal avant de rentrer au stand pour son arrêt, déjà effectué par Ocon et Pérez.

Force India ne voulait pas que ses pilotes se battent, mais Sergio Pérez s'est plaint à la radio : "Sainz arrive... dites à Esteban de me laisser passer !" Et en effet, tandis qu'Esteban Ocon prenait la poudre d'escampette, Carlos Sainz s'est emparé de la septième place après une superbe passe d'armes avec le Mexicain dans le troisième secteur.

 

Alors que Verstappen poursuivait sa remontée face au top 4, sur un différentiel de rythme toutefois moindre, l'écart entre Hamilton et Vettel restait stable aux alentours de cinq secondes. Räikkönen, quant à lui, a fait la jonction avec Bottas au 35e tour, sans parvenir à porter d'attaque.

Verstappen et Vettel tentent un pari...

Quelques instants plus tard, surprise : Verstappen a effectué un deuxième arrêt à 19 boucles de l'arrivée et a chaussé les supertendres, immédiatement imité par Vettel, qui a pris soin d'éviter l'undercut du Néerlandais. À raison, puisqu'il a repris la piste avec moins d'une seconde d'avance !

La bataille entre Räikkönen et Bottas s'est donc transformée en lutte pour la deuxième place, et le pilote Ferrari est finalement parvenu à plonger à l'intérieur au 42e tour avec succès.

À dix tours du drapeau à damier, Hamilton menait avec 11 secondes d'avance sur Räikkönen, 13 sur Bottas, 19 sur Vettel et 21 sur Verstappen. Plus loin dans le peloton, Marcus Ericsson et Kevin Magnussen se sont accrochés alors que Vettel leur prenait un tour, au grand plaisir de Brendon Hartley, qui a cédé la lanterne rouge au Danois ! Ericsson a écopé d'une pénalité de cinq secondes.

 

... sans succès

La remontée de Vettel et de Verstappen a commencé à se concrétiser au 51e tour, lorsque le quadruple Champion du monde ont facilement pris l'avantage sur la Mercedes de Bottas avant de s'attaquer à son compatriote Räikkönen. Ensuite dépassé par la Red Bull, Bottas est rentré au stand à quatre tours du but pour chausser des pneus neufs, aveu d'impuissance de la stratégie à un arrêt dans son cas.

Car cette stratégie, Lewis Hamilton l'a fait fonctionner pour remporter son sixième Grand Prix des États-Unis, le cinquième des six disputés à Austin. Il a offert par la même occasion le titre constructeurs à Mercedes !

Sebastian Vettel a franchi la ligne d'arrivée deuxième devant Max Verstappen, Kimi Räikkönen s'étant fait dépasser par les deux hommes en fin de course – Verstappen a pris l'avantage dans le dernier secteur ! Ce dépassement a toutefois été jugé illégal par les commissaires, le pilote Red Bull ayant mis quatre roues hors de la piste, et ce dernier a donc écopé de cinq secondes de pénalité.

Valtteri Bottas se classe à une solitaire cinquième position. Esteban Ocon a résisté à Carlos Sainz jusqu'au bout pour une précieuse sixième place, alors que Sergio Pérez, huitième, concrétise un beau résultat d'ensemble des Force India. Felipe Massa et Daniil Kvyat ont marqué les derniers points disponibles.

 Grand Prix des États-Unis

 PiloteÉquipeTempsPts
01 L. Hamilton Mercedes 56 tours 25 
02 S. Vettel Ferrari + 10.1  18 
03 K. Räikkönen Ferrari + 15.7  15 
04 M. Verstappen Red Bull + 16.7  12 
05  V. Bottas Mercedes + 34.9 10 
06  E. Ocon Force India + 90.8 
07   C. Sainz Renault + 92.2
08 S. Pérez Force India + 1 tour 
09  F. Massa Williams + 1 tour
10  D. Kvyat Toro Rosso + 1 tour
11  L. Stroll Williams + 1 tour   
12  R. Grosjean Haas + 1 tour   
13   S. Vandoorne McLaren + 1 tour   
14  B. Hartley Toro Rosso + 1 tour   
15  M. Ericsson Sauber + 1 tour   
16  K. Magnussen Haas + 1 tour   
   F. Alonso McLaren Abandon  
  D. Ricciardo Red Bull Abandon  
   P. Wehrlein Sauber Abandon  
   N. Hülkenberg Renault Abandon  
 
Source: Motorsport.com

Grand Prix des États-Unis (2017)