Max Verstappen a remporté sa troisième victoire en Formule 1 lors d'un Grand Prix du Mexique passionnant, qui a sacré Lewis Hamilton pour la quatrième fois de sa carrière... malgré une dixième place du Britannique !

Troisième sur la grille, Lewis Hamilton avait toutes les cartes en main pour remporter ce quatrième titre mondial, puisqu'il lui suffisait dans tous les cas de figure de finir dans le top 5 de la course. Il était toutefois devancé en première ligne par son rival Sebastian Vettel, accompagné par Max VerstappenEsteban Ocon était en troisième ligne aux côtés de Kimi RäikkönenValtteri Bottas se joignant à son coéquipier sur la deuxième.

Seuls Romain Grosjean et Fernando Alonso, en fond de grille, ont décidé de ne pas prendre le départ en ultratendres, optant pour les supertendres.

Vettel et Hamilton s'accrochent !

La hiérarchie n'a pas évolué à l'extinction des feux, mais ceux-ci sont suivis d'une très longue ligne droite. Max Verstappen a pris l'aspiration du leader Sebastian Vettel et s'est emparé de la tête de la course par une superbe manœuvre à l'extérieur dans le premier virage, avec un léger contact entre les deux monoplaces.

Gêné, Vettel a vu Hamilton se porter à sa hauteur et les deux hommes se sont touchés, des morceaux d'aileron avant s'envolant de la Ferrari tandis que la Mercedes subissait une crevaison ! Les deux hommes ont dû rentrer au stand et ont repris la course aux deux dernières places, imités par Carlos Sainz au tour suivant, l'Ibère ayant fait un plat à un pneu. C'était un coup dur pour Vettel, qui devait finir dans le top 2 en espérant une contre-performance de Hamilton pour maintenir des chances de titre.

 

Verstappen était donc premier, devançant Bottas de deux secondes et Ocon de six secondes après trois tours seulement. Dans une hiérarchie complètement chamboulée par cet incident, Nico Hülkenberg occupait la quatrième place devant Sergio Pérez, Räikkönen et Daniel Ricciardo. Ce dernier a toutefois été contraint à l'abandon après cinq tours seulement, victime d'un problème de MGU-H suspecté sur son moteur neuf.

Les écarts se sont logiquement creusés entre le top 2 et le reste du peloton, puisqu'au dixième tour, Verstappen comptait désormais quatre secondes d'avance sur Bottas, 12 sur Ocon, 15 sur Hülkenberg et 17 sur Pérez. Coincé derrière le Mexicain, Räikkönen perdait un temps précieux dans la lutte pour le podium. Plus loin dans le peloton, un contact a été aperçu entre Grosjean et Alonso, qui luttaient pour la 11e place, et des bouts de carbone se sont envolés, l'Espagnol conservant l'avantage.

Vettel remonte, Hamilton à la peine

Pendant ce temps, Vettel a entamé sa remontée dans l'espoir d'une providentielle deuxième place. Le quadruple Champion du monde était alors 16e derrière Felipe Massa, alors que Hamilton restait dernier, ayant perdu davantage de temps avec sa crevaison.

Verstappen a continué à creuser l'écart avec six secondes d'avance sur Bottas et 21 sur Ocon au 18e tour, alors que Räikkönen demeurait incapable de doubler Pérez. Le Finlandais n'était toutefois pas le seul à rencontrer des difficultés. Tandis que Vettel remontait lentement mais sûrement, Sainz et Hamilton étaient coincés derrière Pascal Wehrlein.

Pérez a toutefois lancé le bal des arrêts au stand à la fin de ce 18e tour pour chausser les tendres, reprenant la piste... au huitième rang, devant la Sauber de Marcus Ericsson ! Hülkenberg a fait de même au passage suivant et a contré l'undercut du Mexicain avec succès. Devant les changements de pneus de ses rivaux, Ocon n'a eu d'autre choix que de rentrer pour être équipé des enveloppes à bandes jaunes, et a repris la piste au cinquième rang.

Débarrassé des monoplaces plus lentes qui le devançaient, Räikkönen a accéléré le rythme, alors que Hamilton souffrait l'affront d'obtempérer à un drapeau bleu dès le 22e tour.

Problèmes en pagaille chez Renault

Les problèmes se sont poursuivis pour Renault avec l'abandon d'un Nico Hülkenberg pourtant si bien placé pour jouer le podium, victime d'un problème d'ERS. L'Allemand a immobilisé sa R.S.17 en bord de piste. "La voiture n'est pas sûre, il faut que tu t'arrêtes et que tu sautes par l'avant", lui a indiqué son ingénieur. Sainz, lui, était dernier, Hamilton ayant enfin trouvé l'ouverture...

 

Au 30e tour, le top 4 ne s'était toujours pas arrêté et Verstappen restait en tête avec désormais huit secondes d'avance sur Bottas, 29 sur Räikkönen et 43 sur Stroll. Premier des pilotes ayant changé de pneus, Ocon revenait sur les talons de la Williams, alors que Pérez a chipé la sixième place à Magnussen, ce dernier n'ayant alors pas effectué de pitstop non plus. Vettel, quant à lui, était remonté dans le top 8 grâce à une belle série de dépassements.

Ce n'est que quelques instants plus tard que le moteur Renault neuf de Brendon Hartley, qui a pourtant encaissé une pénalité moteur à l'instar de Ricciardo, est parti en fumée, provoquant l'intervention de la voiture de sécurité virtuelle.

 

Tous ceux qui n'étaient pas encore rentrés au stand ont logiquement profité de cette neutralisation pour changer de pneus, au grand dam de l'écurie Force India, qui était sur une stratégie différente. Verstappen, Bottas et Stroll notamment ont chaussé des supertendres à l'avant du peloton.

Conséquence de cet incident, Räikkönen et Stroll se sont maintenus aux troisième et cinquième places, alors qu'Ocon et Pérez se retrouvaient quatrième et sixième.

Verstappen imperturbable

Imperturbable, Verstappen conservait la tête avec neuf secondes d'avance sur Bottas, 32 sur Räikkönen et 41 sur Ocon. Vettel restait huitième, quasiment à un tour, mais mettait la pression à Magnussen, qu'il a rapidement débordé. Le pilote Ferrari était l'homme le plus rapide en piste.

Cependant, personne d'autre que Vettel n'était capable d'égaler le rythme de Verstappen qui, après 45 des 71 tours, bénéficiait d'un écart de 14 secondes sur Bottas, alors que Räikkönen et Ocon étaient relégués à 37 et 52 secondes respectivement. Stroll et Pérez restaient cinquième et sixième, Vettel grignotant lentement mais sûrement son déficit sur le local de l'étape. Le pilote Ferrari a fait la jonction au 50e tour et lui a fait l'intérieur avec succès.

Force India et Pérez ont fait le pari d'un deuxième arrêt au stand après 51 tours, avec un train d'ultratendres à la clé – le Mexicain n'a perdu aucune place dans la manoeuvre grâce à l'avance dont il disposait sur Magnussen.

Hamilton, quant à lui, a pris l'avantage sur la McLaren de Stoffel Vandoorne et s'est retrouvé aux portes des points. Les deux candidats au titre étaient désormais confrontés à des Williams dans leur remontée : Lance Stroll, cinquième, devançait Vettel tandis que Felipe Massa, dixième, faisait obstacle à Hamilton. Les deux Champions du monde ont toutefois vite trouvé l'ouverture, et Vettel s'est ensuite attaqué à Ocon pour la quatrième place, prenant l'avantage sur le Français. Mais il accusait un retard de 24 secondes sur son coéquipier Räikkönen, lui-même relégué à 26 secondes de Bottas.

C'est alors que la Sauber de Marcus Ericsson a pris feu, alors que le Suédois avait évolué dans les points pendant quelques tours et réalisait une bonne course. Le top 10 aurait toutefois été difficile à accrocher à la fin de la course. Une quatrième monoplace équipée d'un moteur Renault a également été contrainte à l'abandon, celle de Carlos Sainz, qui était lanterne rouge.

 

Le principal enjeu de la fin de course a été la bataille passionnante pour la neuvième place entre Fernando Alonso et Lewis Hamilton, mais ce dernier n'en avait pas besoin pour être titré. Il ne s'en est toutefois pas privé et s'en est emparé après une longue lutte roue contre roue.

Max Verstappen a ainsi remporté sa troisième victoire en Formule 1, et on ne manquera pas de remarquer la statistique amusante selon laquelle le Néerlandais gagne dès que Daniil Kvyat est démis par Red Bull ! Mais cette course, c'est surtout le quatrième titre mondial de Lewis Hamilton, qui rejoint Alain Prost et... Sebastian Vettel dans les livres d'Histoire.

 Grand Prix du Mexique

 PiloteÉquipeTempsPts
01 M. Verstappen Red Bull 71 tours  25
02  V. Bottas Mercedes +19.6  18 
03 K. Räikkönen Ferrari +54.0  15 
04 S. Vettel Ferrari +70.0  12 
05  E. Ocon Force India +1 tour  10 
06  L. Stroll Williams +1 tour  
07 S. Pérez Force India +1 tour  
08  K. Magnussen Haas +1 tour  
09 L. Hamilton Mercedes +1 tour  
10  F. Alonso McLaren +1 tour  
11  F. Massa Williams +1 tour    
12   S. Vandoorne McLaren +1 tour    
13  P. Gasly Toro Rosso +1 tour    
14   P. Wehrlein Sauber +2 tours  
15  R. Grosjean Haas +2 tours   
   C. Sainz Renault Abandon  
  M. Ericsson Sauber Abandon  
   B. Hartley Toro Rosso Abandon  
   N. Hülkenberg Renault Abandon  
  D. Ricciardo Red Bull Abandon  
Source: Motorsport.com

Lewis Hamilton, Champion du Monde de F1 2017