Non, nous ne sommes pas dans un film de science-fiction...

Imaginez, vous êtes au volant de votre voiture et vous tombez malheureusement dans un embouteillage monstre. La seule chose à laquelle vous pensez à ce moment-là, est de vous échapper le plus rapidement possible. 

Si vous vous reconnaissez dans le paragraphe précédent, alors sachez qu'il sera bientôt envisageable d’emprunter des taxis volants afin de se rendre d’un point A à un point B. Mercredi dernier, Uber a annoncé via un communiqué de presse, un partenariat avec la Nasa.

Uber et ses péripéties:

D’ici 2020, le géant américain du transport, Uber, va mettre sur le marché des taxis volants. Ces taxis seront situés en haut de certains immeubles qui accueilleront des stations appelées "vertiports". Les premiers vertiports seront placés à Dubaï, Los Angeles et à Dallas.

Les clients pourront alors grimper en haut d’un building et accéder via leur smartphone à ces engins volants à mi-chemin entre un drone et un hélicoptère. Selon le communiqué d’Uber, ces engins seront plus silencieux, plus abordables et plus respectueux de l’environnement qu’un hélicoptère.

UberAir
UberAir

Ce service est baptisé UberAir, l’objectif de l’entreprise californienne est qu’un trajet à bord d’UberAir ne coûte pas forcément plus cher que le service UberX. Uber annonce pouvoir embarquer les premiers clients en 2023, ce service sera une arme fatale pour contrer les bouchons lors des jeux olympiques de Los Angeles en 2028.

Quant à la Nasa, elle sera une aide précieuse pour Uber. La Nasa se chargera à priori de la gestion du trafic aérien à basse altitude. Enfin, il est à noter qu’Uber n’est pas la seule entreprise à se lancer dans ce défi. Le géant Airbus travaille également sur un projet similaire !

Airbus et la voiture volante: