Une mesure qui devrait permettre de réduire la gravité des accidents de la route.

Selon nos confrères du magazine Le Point, le gouvernement d’Edouard Philippe a tranché. La vitesse maximale autorisée sur les routes bilatérales passera en 2018, de 90 km/h à 80 km/h. Les routes bilatérales sont des portions qui ne comportent aucune séparation physique entre les deux voies de circulation : ni terre-plein central, ni glissière et ni muret.

Lire aussi:

Cette mesure a été initiée en 2015 par Bernard Cazeneuve, elle a été testée dans la Drôme, l’Yonne, Haute-Saône et dans la Nièvre. Depuis le lancement de la phase expérimentale, aucun bilan n’a été dressé quant à l’efficacité de cette baisse des limitations de vitesse.

Mais le gouvernement est persuadé de son efficacité, elle sera généralisée dès 2018 selon le magazine Le Point. Cette baisse permettrait de fluidifier le trafic, de diminuer la pollution et de réduire la gravité des accidents de la route.

Il n’en fallait pas plus pour que l’association "40 millions d’automobilistes" se dresse contre cette réforme, et promet le lancement d’une pétition en ligne. L’association explique que la baisse de la limitation de vitesse ne se traduira pas forcément pas une baisse de la mortalité et de la gravité des accidents de la route. Pour illustrer ses propos, "40 millions d’automobilistes" explique qu’il y a moitié moins d’accidents en Angleterre, alors que la vitesse maximale autorisée est de 96 km/h (sur les portions concernées).

Rappelons que d’autres pays voisins limitent déjà leurs routes à 80 km/h. C’est le cas par exemple de la Norvège, de la Finlande, des Pays-Bas, du Danemark et de l’Irlande (liste non exhaustive).

Enfin, le taux d’alcoolémie autorisé ne change pas, il reste à 0,5 g/l.

Lire aussi:

 
Source: Le Point