Honda a quitté McLaren pour motoriser Toro Rosso en 2018, et Red Bull Technology est déjà impliqué dans le projet... avec 2019 en ligne de mire ?

L'unité de puissance Honda a bouclé ses derniers kilomètres dans une McLaren cette semaine, lors des tests Pirelli d'Abu Dhabi. Après n'avoir connu que le châssis de Woking depuis le retour du motoriste nippon en Formule 1, le bloc propulseur va désormais être exploité à Faenza par Toro Rosso. Un nouveau départ qui constitue tout de même un enjeu de taille, puisque la perspective de motoriser Red Bull Racing en 2019 paraît réelle.

Pour Toro Rosso, mais aussi pour le bien de son écurie phare, Red Bull a donc tout intérêt à voir Honda progresser efficacement, aussi bien en matière de performance que de fiabilité. La firme autrichienne fait donc tout ce qui est en son pouvoir pour poser les bases d'une collaboration fructueuse, ce qui passe notamment par un soutien technologique.

Lire aussi :

"Actuellement, nous travaillons dur avec Honda pour rendre ce package compétitif avec Toro Rosso", explique Helmut Marko, consultant de Red Bull, à Sky Allemagne. "Nous sommes très heureux des progrès que Honda fait et continuera à faire jusqu'au début de la saison." L'Autrichien précise d'ailleurs que Red Bull apporte son soutien à Honda : "par exemple avec les infrastructures dont dispose Red Bull Technology."

Pour la saison 2018, Red Bull Racing disposera toujours de l'unité de puissance Renault, mais l'arrivée du motoriste français chez McLaren a remis en cause la prolongation de son partenariat au-delà de la saison prochaine. Si jamais l'écurie de Milton Keynes doit se tourner vers Honda, elle aura au moins la chance d'avoir un grand nombre de données à analyser grâce à l'attelage Toro Rosso-Honda. "Nous étudierons cela, et ensuite seulement, au milieu de l'année prochaine, je pourrais dire ce que nous allons faire", précise Helmut Marko.

Toro Rosso "très ouvert" avec Honda

De son côté, Honda découvre une nouvelle manière de travailler, après n'avoir collaboré qu'avec McLaren au cours des trois dernières années. Directeur du programme F1 du constructeur japonais, Yusuke Hasegawa a déjà confié qu'il s'attendait à pouvoir davantage dicter l'orientation du projet. Il met aujourd'hui en avant les qualités de Toro Rosso.

"Bien sûr, nous avons été mis au défi de l'extérieur par McLaren, ce qui est très bien", admet-il. "Nous avons connu tellement d'expériences avec eux, alors d'un point de vue organisationnel, à la fois techniquement et humainement, nous avons tous grandi, ça ne fait aucun doute."

"Toro Rosso est aussi une très bonne équipe, et ils sont très ouverts avec nous. Par rapport à leur situation en matière de taille et de ressources, ils sont en fait très compétitifs. Je ne sais pas comment le reste du paddock regarde Toro Rosso, mais nous avons eu de nombreuses réunions avec eux et ils sont techniquement très professionnels."

Les objectifs avancés avec fracas lors de l'annonce faite à Singapour sont en revanche déjà plus mesurés : "C'est le plus gros programme dont nous devons discuter. Au niveau du championnat, Franz Tost a toujours dit que ça dépendait des pilotes. Nous devons donc apporter à Brendon [Hartley] et Pierre [Gasly] les performances dont ils ont besoin. Ce sont évidemment de très bons pilotes, mais ils sont aussi débutants en F1, donc il est trop tôt pour dire ce que nous devons viser au championnat constructeurs."

Source: Motorsport.com