Des années loin d'être de tout repos.

Si l'aventure Porsche en LMP1 a débuté en compétition au début de l'année 2014, elle a été le fruit d'une préparation largement anticipée. L'annonce du retour dans l'élite de l'Endurance avait été faite près de trois ans plus tôt, à l'été 2011. On parle ainsi d'un programme qui aura duré près de sept années au total, avec des moments de pression intense à gérer.

Lire aussi :

"Les tout premiers mois étaient difficiles", se souvient Fritz Enzinger, vice-président LMP1 de Porsche. "J'ai rejoint l'entreprise en 2011, au cours d'un mois de novembre durant lequel il pleuvait constamment. J'ai travaillé 14 heures par jour et je me suis battu sur tous les fronts. Dans ce projet, il n'y a jamais eu de premier pas unique. Tout devait se dérouler en parallèle. Les discussions sur la construction, les réunions sur la réglementation, les réunions d'équipe, les finances et la technologie ; le timing était extrêmement serré, et le temps est passé extrêmement vite."

"Bien sûr, il y a aussi eu des jours où le doute s'est immiscé. Je ne me suis pas simplement glissé dans ce rôle en me disant 'D'accord, je vais gérer ça'. Construire quelque chose d'aussi grand en partant de zéro n'était pas seulement une première pour Porsche. Parmi le reste de l'industrie automobile, je ne connais que des exemples où des structures existantes avaient été agrandies. Mais je ne me suis jamais autorisé à penser à l'échec."

Andreas Seidl, Team Principal Porsche Team LMP, Fritz Enzinger, Directeur Porsche Team LMP1

Chargé de diriger l'équipe en qualité de team principal, Andreas Seidl a lui aussi connu cette évidente pression. Néanmoins, l'ingénieur allemand a toujours fait avec, et mis l'accent sur une préparation la plus parfaite possible pour limiter les mauvaises surprises.

"Pour moi, une préparation optimale retire un certain degré de pression, et ça m'aide à gérer le reste", explique-t-il. "En tant qu'équipe, nous avons fait tout ce qui était possible pour nous assurer d'être bien préparés avant nos courses. Nous passions en revue tous les scénarios qui pouvaient se produire durant un week-end de course, encore et encore. Nous avons tracé notre route vers Le Mans, et planifié précisément ce que nous voulions tester, quand et où nous voulions le tester, et comment nous voulions utiliser notre personnel."

"Mais même la meilleure préparation possible ne retire pas la pression qui grandit avant Le Mans, et qui atteint son pic le samedi après-midi avant le départ. Dans ma position, il était important de dégager un sentiment de calme, malgré la pression interne. Je devais montrer à l'équipe que nous avions fait tout ce que nous pouvions, que nous étions bien préparés, et que nous allions faire ce pourquoi nous étions venus."

Pour que ce programme LMP1 rencontre le succès escompté, Porsche a dû prendre les bonnes décisions aux bons moments. Elles ont été nombreuses, mais il en est une qui s'est avérée décisive. "C'était la création d'un département principal séparé pour le programme LMP, qui rendait directement des comptes au conseil d'administration", précise Fritz Enzinger. "Cette mise en place nous a donné le niveau de flexibilité dont nous avions besoin."

Andreas Seidl ne peut que confirmer : "Oui, la structure indépendante et rationalisée était très importante. Deuxièmement, c'était déterminant d'avoir notre propre équipe d'usine à Weissach et de ne pas uniquement y positionner le développement."

Les vainqueurs #1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Mark Webber, Brendon Hartley
Source: Motorsport.com

Porsche en LMP1 - Sous haute pression pendant sept ans