2018, enfin la consécration pour Loeb au Dakar ?

Peugeot a confirmé il y a plusieurs semaines déjà que l'édition 2018 du Dakar serait sa dernière, après avoir remporté le plus célèbre rallye-raid du monde lors des deux dernières années grâce à Stéphane Peterhansel. En fin de semaine, le constructeur français lancera sur les pistes d'Amérique du Sud quatre exemplaires du 3008DKR Maxi, toujours confiés à Stéphane Peterhansel, Sébastien Loeb, Carlos Sainz et Cyril Despres.

Avant de se concentrer sur son programme principal de l'année en World RX, également avec le Lion, Sébastien Loeb sait qu'il dispose, aux côtés du fidèle Daniel Elena, d'une dernière chance d'accrocher le Dakar à son impressionnant palmarès.

"Pour moi, c’est un peu l’année ou jamais pour la victoire", admet le nonuple Champion du monde des Rallyes. "C’est ma dernière opportunité de l’emporter. L’an dernier, nous avons vu que nous avions la capacité de gagner. Daniel avait fait du bon boulot au niveau de la navigation. C’est motivant. Nous savons que nous pouvons le faire et j’y vais avec l’objectif de gagner, c’est sûr."

Un parcours qui n'est pas en faveur de Loeb

Le Dakar s'élancera samedi de Lima, au Pérou, et proposera un parcours particulièrement relevé. Les conditions seront d'autant plus difficiles pour Loeb, avec notamment de nombreux passages de dunes, ce qui pourrait être un désavantage par rapport aux deux précédentes éditions, dont le parcours parfois trop typé WRC avait d'ailleurs été critiqué.

"Maintenant, il y a plein de paramètres qui rentrent en jeu sur un Dakar… C’est long et tu as vite fait de tout perdre pour pas grand-chose, surtout avec le retour en force des dunes", confirme Loeb. "C’est positif pour le rallye par rapport à l’image que les gens se font du rallye-raid. En revanche, c’est un type de terrain sur lequel je n’ai pas énormément d’expérience." 

"C’est clairement un parcours qui n’est pas en ma faveur. Pour ce qui est de la voiture, elle est plus stable, plus agréable à conduire, mieux amortie. Elle nous donne plus confiance et nous pouvons donc attaquer un peu plus fort."

Directeur de Peugeot Sport, Bruno Famin espère que la marque française pourra quitter la scène du Rallye-Raid sur une bonne note, mais sait lui aussi à quel point le défi sera relevé cette année.

"Ce Dakar 2018 s’annonce comme une course passionnante mais très longue et où les difficultés ne vont pas manquer", relève-t-il. "Le parcours est plus long que l’année dernière et aussi beaucoup plus difficile avec de grandes étapes de sable, dès le départ, au cours desquelles peuvent se créer déjà de gros écarts. L’étape marathon de 1000km sera aussi un gros morceau et l’Argentine ne sera pas plus facile !  En ajoutant une concurrence qui a travaillé et un fort réajustement réglementaire, nul doute que la course va être extrêmement compliquée !"

Source: Motorsport.com

Sébastien Loeb au Dakar