La mesure devrait être officialisée ce 9 janvier à l'occasion du CISR.

La date du mardi 9 janvier 2018 est attendue de tous les automobilistes : c'est en effet celle qui a été fixée par le gouvernement pour le Conseil Interministériel de la Sécurité Routière, le CISR, avec à l'ordre du jour une mesure particulièrement impopulaire. C'est en effet lors de ce rendez-vous que sera discutée la possibilité de passer à 80 km/h sur les routes nationales bidirectionnelles sans séparateur, au lieu des 90 km/h.

Lire aussi:

Et si le Premier ministre Édouard Philippe s'était dit favorable à cette mesure début décembre, il semblerait que sa décision soit déjà prise et que l'issue de la discussion lors de ce CISR soit déjà prise. En effet, dans un document signé de sa main e envoyé à Michel raison, sénateur de la Haute-Saône, que BFMTV a réussi à se procurer, le chef du gouvernement revient sur l'expérimentation des 80 km/h qui a été mise en place sur plusieurs tronçons entre 2015 et 2017. Et pour lui les résultats sont concluants avec beaucoup moins d'accidents mortels enregistrés : 3 morts et 42 blessés sur les 2 ans de l'expérimentation, contre 15 morts et 108 bléssés sur les 5 années précédentes. Et BFMTV de citer les propos du Premier ministre : "Ramenés à une échelle de deux ans, ces chiffres correspondent respectivement à 27 accidents, 6 tués et 43 blessés".

Lire aussi:

Si Édouard Philippe prend donc ces chiffres pour justifier d'une tendance à la baisse, pour autant, comme ils n'ont été relevés que sur 2 ans, et non la durée minimale statistique de 5 ans qui prévaut en matière d'accidentologie. Mais la décision pourrait quand même être prise...

Pour rappel, ce passage à 80 km/h vise à faire baisser la mortalité routière sur certains tronçons. Selon les défenseurs de la mesure, cela permettrait de sauver près de 400 vies par an. En 2016, ce sont quelques 3477 personnes qui ont perdu la vie sur les routes de l'Hexagone.

Source : BFMTV