Le Gouvernement pourrait annoncer un durcissement à l'encontre des conducteurs téléphonant en conduisant.

Aujourd'hui se tient le Conseil Interministériel de Sécurité Routière, un rassemblement très attendu de tous puisqu'il devrait officialiser la diminution de la limitation de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes départementales. Mais ce conseil ne devrait pas simplement s'arrêter sur la simple question de la limitation de la vitesse. En effet, selon nos confrères de chez RTL, afin d'inverser une courbe de la mortalité routière repartie à la hausse, d'autres mesures devraient être prises, notamment de nouvelles sanctions à l'encontre des usagers de la route qui ont la fâcheuse tendance à téléphoner au volant.

Lire aussi:

À ce jour, être contrôlé avec le téléphone à la main pour n'importe quelle raison est susceptible d'entraîner une amende de 135 euros et un retrait de trois points sur le permis de conduire. À cela, le Gouvernement pourrait réfléchir à l'idée d'ajouter à cette sanction une suspension du permis de conduire. Une suspension de l'ordre de trois mois d'après les premières rumeurs. Néanmoins, cette sanction plus sévère serait appliquée seulement dans des situations bien précises, combinées à des circonstances aggravantes comme par exemple l'usage de son téléphone au volant à proximité d'une sortie d'école.

Lire aussi :

Rappelons d'ailleurs que selon une enquête de l'Association Française des Sociétés d’Autoroute (AFSA) réalisée auprès de 2000 conducteurs en 2016, 57% d'entre eux répondent au téléphone en conduisant, et 31% des conducteurs sont susceptibles de prendre connaissance d'un e-mail, d'un SMS ou d'une notification (Facebook, Twitter, actualités...) pendant leur temps de conduite. 20% des conducteurs admettent même parfois répondre à un e-mail ou à un SMS tout en conduisant.

Source : RTL