Ce succès, le deuxième consécutif sur une Ford M-Sport, est aussi le sixième des quintuples Champion du monde qui s'étaient déjà imposés en 2011, même si l'épreuve ne comptait alors pas pour le Championnat du monde. Un nouveau record.

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia semblent bien devenus imbattables sur le Rallye Monte-Carlo. Avec six victoires, ils sont désormais les uniques recordmen en la matière devant Sébastien Loeb et Daniel Elena. Ils sont aussi le premier équipage dans l'Histoire de ce rallye à s'y imposer cinq fois de suite. Ils ont parfaitement géré la situation et leur avance à partir de samedi matin, après deux petites sorties de route dont ils se sont bien tirés.

"Cela a été un week-end difficile. Souvent, au Monte-Carl', il faut faire face à de dures conditions, mais celui-ci a été extrêmement difficile", a déclaré le pilote au point stop de la dernière spéciale (ES17). "Je n'ai jamais eu autant de mal avec le choix des pneus mais au final, on gagne et je suis super content. Tous les pilotes ont commis des erreurs ce week-end. moi compris, mais un peu moins."

Lire aussi :

Ogier a encore devancé un Ott Tänak en mode sécurité dans les deux dernières spéciales, ce dimanche, pour s'imposer avec 58"3 d'avance sur son ancien coéquipier de chez M-Sport qui a rejoint Toyota cette année. Celui-ci précède au classement final l'autre Yaris WRC de Jari-Matti Latvala.

Esapekka Lappi, qui suivait avec la troisième au départ de la dernière spéciale, est sorti de la route et perdu une demi-minute, perdant trois place au profit de Kris Meeke, Thierry Neuville et Elfyn Evans.

La Power Stage pour Meeke

Le pilote Citroën, qui n'avait que 1"2 d'avance sur son suivant à une spéciale de l'arrivée, a sauvé un rallye "horrible" en remportant la Power Stage avec la manière.

Evans et Neuville, retardés les deux premiers jours (crevaison pour le premier, sortie de route et crevaison pour le second) ont lutté jusqu'au bout pour ce qui était alors la sixième place. Le pilote M-Sport comptait encore 7"2 d'avance sur le Belge au départ de l'ultime secteur chronométré (ES17), mais ce dernier l'y a battu de 8"2 et le devance d'une seconde pour ce qui est finalement la cinquième place.

Troisième de la Power Stage, Andreas Mikkelsen a sauvé quelques points de bonus alors qu'un autre homme de Hyundai, Dani Sordo, est le seul des pilotes officiels à n'en avoir inscrit aucun sur ce rallye – après être sorti de la route samedi matin sur la neige alors qu'il occupait la troisième place.

Lire aussi :

Bryan Bouffier a perdu du temps en se posant sur un talus enneigé lors du second passage dans le Turini (ES16), puis le premier rapport de sa Fiesta juste avant la dernière spéciale. Mais il avait assez d'avance sur la seconde C3 WRC de Craig Breen pour terminer à la huitième place le premier de ses deux rallyes (avec le Tour de Corse) chez M-Sport.

Jan Kopecký se classe dixième et premier du WRC2 comme de la catégorie R5, devant un autre pilote Škoda officiel : le tout jeune Kalle Rovanperä, qui disputait cependant son premier Monte-Carlo sur une Fabia privée engagée par la structure de l'ancien pilote du WRC Toni Gardemeister. Suit le local Olivier Burri devant Guillaume de Mevius, deuxième du WRC2 ce week-end.

Classement final

 

Pilote

Copilote

Voiture Cat.

Temps

& écarts

1

 Sébastien Ogier

 Julien Ingrassia

Ford M-Sport

RC1 4h18'55"5
2

 Ott Tänak

 Martin Järveoja

Toyota

RC1

58"3

58"3

3

 Jari-Matti Latvala

 Miikka Anttila

Toyota

RC1

1'52"0

53"7

4

 Kris Meeke

 Paul Nagle

Citroën

RC1 

4'43"1

2'51"1

 Thierry Neuville

 Nicolas Gilsoul

 

Hyundai

RC1 

4'53"8

10"7 

 Elfyn Evans

 Daniel Barritt

Ford M-Sport

RC1 

4'54"8

1"0

 Esapekka Lappi

 Janne Ferm

Toyota 

RC1

4'57"5

2"7 

 Bryan Bouffier

 Xavier Panseri

 

Ford M-Sport

RC1 

7'39"5

2'42"0

9

 Craig Breen

 Scott Martin 

Citroën

RC1

9'06"7

1'27"2

10 

 Jan Kopecký

 Pavel Dressler

Škoda

RC2

16'43"0

7'36"3