Plus que jamais, les automobilistes vont devoir encore passer à la caisse cette année.

Comme annoncé l'année dernière, les prix des péages d'autoroute vont fortement augmenter à partir du 1er février 2018. Les concessionnaires autoroutiers justifient cela, entre autres, en raison des nombreux travaux pratiqués sur les axes. Les prix des péages vont donc augmenter de 1 à 2% et de 3 à 4% sur les réseaux secondaires. Ces tarifs vont s’appliquer sur les autoroutes des trois grands réseaux (Vinci, APRR et Sanef). Cette hausse des prix est plus importante que celle enregistrée en 2017 et qui n'atteignait pas 1%.

Lire aussi :

C'est tout sauf une surprise et cela précède encore une augmentation prévue dès l'année prochaine suite à un partenariat signé entre l'État et les sociétés concessionnaires qui date de 2015. C'est l'année où le Gouvernement de Manuel Valls et les sociétés concessionnaires avaient signé un accord pour le gel des augmentations annuelles. Un gel notamment dû à la grogne des automobilistes. Ségolène Royal, qui était à l'époque Ministre de l'Environnement, avait alors assuré qu'il n'y aurait pas de rattrapage en 2016. Une telle annonce avait provoqué la colère des sociétés autoroutières. Pour compenser l'année 2015, le Gouvernement avait donc signé un contrat avec les concessionnaires comme quoi le gel de 2015 allait être compensé par l'augmentation des prix entre 2019 et 2023. Le surcoût serait de 500 millions d'euros à la charge des automobilistes.

Lire aussi :

Visiblement, cela débute un peu plus tôt même si tout cela ne concerne pas encore le gel des tarifs mais les différents travaux effectués l'année dernière sur le réseau (aménagements des échangeurs, travaux d’amélioration environnementale, etc.). Concernant le rattrapage du gel des tarifs, inutile d'être un as des mathématiques pour comprendre que les sociétés autoroutières sont doublement vainqueurs puisque les prix sur lesquels seront calculées les hausses auront augmenté avec l'inflation. Ce prix servant de base à chaque revalorisation annuelle. À cela, ajoutez-y une hausse du traffic autoroutier depuis quelques années et les concessionnaires devraient encaisser encore plus que si l'année 2015 n'avait pas été gelé. Rappelons que depuis 10 ans, les péages ont subi une hausse de leurs tarifs de 20%.

Source : RTL