La justice allemande ne lâche pas le morceau, les personnes impliquées dans l'affaire du dieselgate devront payer !

Deux ans après la révélation de l'affaire des émissions truquées au sein du groupe Volkswagen, la justice allemande continue d’enquêter afin d’éclaircir toutes les zones d’ombre. Mardi 6 février 2018, la police judiciaire des États régionaux de Bavière et du Bade-Wurtemberg ont effectué une descente dans les bureaux d’Audi, situés à Ingolstadt et à Neckarsulm. Le parquet de Munich précise dans son communiqué qu’un domicile privé a également été perquisitionné.

Lire aussi:

Cette fois-ci, la justice allemande recherche des éléments de réponse concernant le trucage des émissions du moteur diesel 3,0 litres V6 d'origine Audi. Le constructeur allemand se dit prêt à coopérer avec la justice, comme l’affirme un porte-parole du constructeur aux anneaux : "Nous coopérons pleinement avec les autorités".

Ce moteur a semble-t-il été mis sur le marché en 2009, et la fraude concerne plus de 210'000 véhicules, qui circulent aussi bien en Europe qu’en Amérique. Au cours de ces derniers mois, le parquet de Munich a ordonné l’arrêt de deux salariés Audi. L’ancien responsable du développement des moteurs Audi est toujours en détention provisoire, l’autre salarié, un ingénieur, a été relaxé.

Lire aussi:

Rappelons que ce moteur V6 diesel a également été exploité par Porsche. On le retrouve notamment sous le capot du Porsche Cayenne. À la fin de l’année 2017, Porsche a demandé à la direction d’Audi de lui verser 200 millions d’euros en guise de dédommagement. Cette version du Porsche Cayenne est interdite de circulation en Suisse. Depuis, Porsche a purement et simplement cessé de commercialiser ce moteur avec la nouvelle génération du Cayenne.

Nous sommes en 2018 et ces nouvelles perquisitions marquent la troisième saison de la série "Dieselgate".  

 

 

 

Source: Le Monde