Le bilan 2017 du contrôle technique est sans appel.

L'Organisme Technique Central (OTC) a présenté le bilan 2017 du contrôle technique en France. La principale conclusion à retenir du rapport est que le parc automobile continue à prendre de l'âge, année après année.

En tout, ce sont un peu plus de 25 millions de contrôles qui ont été réalisés en 2017 partout dans le pays. De quoi proposer des statistiques intéressantes, quand on sait qu'un peu plus de 2 millions de véhicules neufs sont immatriculés chaque année en France.

pollution

Le premier constat à tirer concerne donc l'âge moyen des véhicules prenant la route en France. À l'heure où les ventes sont nettement reparties à la hausse et où le développement des technologies débouche sur la présentation de modèles de plus en plus ingénieux, les Français sont pourtant loin d'être ceux qui changent le plus souvent de voiture.

En dix ans, le parc automobile n'a ainsi cessé de vieillir dans l'Hexagone. En 2008, l'âge moyen du parc contrôlé était de 10,65 années. Aujourd'hui, la barre des 12 ans approche dangereusement puisque le même âge moyen s'élève à 11,89 années. Cela représente une augmentation de près de 2 dixièmes, soit environ 2,5 mois d'âge, en comparaison au bilan présenté pour l'année 2016.

Des usagers inconséquents

Second constat : une part importante des contrôles ayant mené à des contre-visites, après avoir été jugés non-concluants, auraient pu être évités par les propriétaires des véhicules concernés. Outre le problème des véhicules à carburant alternatif, comme le GPL, et qui représentent toujours le critère numéro 1 des contre-visites, une quantité importante de soucis mécaniques et techniques sont dus à la négligence.

Circulation

De fait, 9,20% des Visites Techniques Périodiques (VTP) ont concerné la liaison au sol, dont un peu moins de 6% pour une usure importante et/ou une différence importante d'usure sur l'essieu du pneumatique, et 3,3% pour un jeu important ou anormal de la rotule et/ou de l'articulation du demi-train avant. Près de 2% concernaient une déformation ou une coupure profonde d'un ou de plusieurs pneumatiques. L'OTC indique ainsi une augmentation du taux de non-conformité de cette fonction "liaison au sol", qui s'élevait à 9,14% pour l'année 2016.

Par ailleurs, près de 9% des Visites Techniques Périodiques ont concerné la fonction éclairage et signalisation, dont un peu moins de la moitié pour un réglage trop haut et/ou un faisceau non-conforme du feu de croisement. 2,6% concernaient une anomalie de fonctionnement du feu stop et à peine moins une anomalie du feu de position... Négligence, disions-nous.

Lire aussi :