À l'invitation de Jean Todt.

Qui a dit qu'Anne Hidalgo n'aimait pas les voitures ? Qui a dit qu'elle faisait tout pour embêter les automobilistes parisiens ? Rien de tout ça ne doit être vrai puisque la maire de Paris a été vue ce mercredi 7 mars dans les allées du salon de Genève 2018 ! Le meilleur moyen de casser son image d'anti-voitures ?

Lire aussi:

Anne Hidalgo au salon Genève 2018

Bon alors si les autos de luxe et de performances sont légion chaque année au salon de Genève, vous imaginez bien que ce n'est pas ce qui a fait se déplacer Anne Hidalgo. Non, la Maire de la capitale a répondu à l'invitation de Jean Todt, président de la Fédération Internationale Automobile, aux côtés duquel elle milite en faveur de la sécurité routière. Notamment avec cette campagne de la FIA baptisée #3500lives dont le but est de baisser de moitié les morts sur les routes d'ici 2022.

Lire aussi:

Développement de pistes cyclables sécurisées, réduction de la vitesse maximum autorisée et aménagement de "zones de rencontres", autant d'axes développés par Anne Hidalgo et Jean Todt en ce sens. De quoi faire grincer des dents les automobilistes parisiens alors que la fermeture des voies sur berges, après avoir été invalidée par le tribunal administratif le 21 février dernier, fait l'objet d'un nouvel arrêté comme l'a annoncé ce jeudi 8 mars la maire.

Anne Hidalgo s'est également rendue au salon de Genève 2018 pour rappeler son soutien envers les constructeurs automobiles qui investissent dans la mobilité propre, dans l'électrique. C'est notamment le cas de Renault sur le stand duquel nous avons croisé Anne Hidalgo qui s'est fait présenter le concept Renault EZ-GO. Électrique, autonome, et n'embarquant que 6 personnes, il se veut être une nouvelle alternative aux transports en commun. Laurens van den Acker, à la tête du design de Renault, a lui longuement expliqué la démarche de ce Renault EZ-GO. Un taxi du futur que la maire de Paris verrait bien dans sa ville ? Difficile à dire, même si elle s'est permis de dire aux représentants de Renault qu'il serait bien "que le véhicule soit prêt pour les Jeux Olympiques de Paris de 2024. 

Dernier point sur la volonté d'Anne Hidalgo de constituer au printemps un "Conseil des mobilités". Le but étant de réunir des acteurs aussi différents que les constructeurs automobiles, les taxis, les transports publics et les usagers, entre autres.