La décision du gouvernement d'abaisser la vitesse sur les routes à double sens sans séparateur central continue de faire débat auprès des automobilistes français.

Le gouvernement a promulgué officiellement la loi le 9 janvier dernier, pour une application dès le mois de juillet 2018, mais les Français sont toujours opposés à la réduction de la vitesse à 80 km/h, au lieu des 90 km/h en vigueur jusqu'ici.

Ce sont 400 000 kilomètres de route qui sont concernés puisque la loi s'appliquera sur les routes à double sens sans séparateur central. D'après les chiffres de la sécurité routière, ce réseau a concentré 55% des accidents mortels en 2016, ce qui a poussé le gouvernement à agir.

Lire aussi:

Toutefois, les réactions sont très mitigées et les Français s'opposent encore à cette loi, moins de trois mois avant son application. En effet, un sondage effectué dans le cadre du baromètre AXA Prévention, sur les habitudes et le comportement des usagers de la route au volant, révèle que trois automobilistes sur quatre sont contre cette réduction de vitesse, même si ces derniers ne se sentent pas forcément en sécurité sur le réseau secondaire.

Seules 13% des personnes interrogées ont estimé se sentir en sécurité sur ces routes, mais une personne sur deux avoue rouler entre 100 et 110 km/h au lieu des 90 km/h actuellement exigés, tandis que 15% admet atteindre régulièrement une vitesse de 120 à 130 km/h, constituant pourtant la limite sur autoroute.

Lire aussi:

Les automobilistes ont jugé que le plus grand danger provenait des autres usagers, jugeant leurs semblables dangereux à 82%, et citent comme risques principaux l'alcool et le téléphone. Les Français veulent un durcissement des lois au sujet des conduites en état d'ébriété (64%) et de l'utilisation du téléphone au volant (68%). La vitesse vient bien plus loin puisque 36% des votants ont estimé cette nouvelle mesure inutile, et 52% d'entre eux ont jugé qu'elle dissimulait une taxe supplémentaire. L'étude a été réalisée en janvier 2018 auprès de 1650 personnes.