Le salon américain est-il en danger ?

Les salons automobiles n'ont plus vraiment le vent en poupe. Cela se vérifie notamment en Europe, où les salons commencent peu à peu à être désertés par des constructeurs qui préfèrent se concentrer sur des évènements moins onéreux mais aussi plus à leur image. L'Europe n'est pas seulement concernée puisque de l'autre côté de l'Atlantique cela ne va guère mieux. En effet, le traditionnel Salon de Détroit qui lance habituellement les hostilités, vient d'enregistrer un nouveau désistement de taille.

Lire aussi :

Après BMW et Mercedes, c'est au tour d'Audi d'annoncer qu'il ne sera pas au rendez-vous au mois de janvier 2019, date de la prochaine édition du salon. Cela ne veut pas dire que le constructeur allemand va bouder tous les salons automobiles, loin de là, puisque la marque a d'ores et déjà annoncé sa participation au Salon de Los Angeles en novembre 2018 et au Salon de New York en avril 2019. Dans tous les cas, c'est un nouveau revers pour le Salon de Détroit qui en avait déjà connu un cette année avec l'absence de marques importantes comme Porsche, Volvo ou encore Mazda.

Lire aussi :

Il faut dire que les nombreux salons automobiles, et surtout le coût que cela représente, ont tendance à refroidir de plus en plus les constructeurs. En plus de cela, il faut conjuguer avec d'autres salons, moins orientés sur l'automobile mais davantage axés sur les technologies, comme le CES de Las Vegas par exemple, rendez-vous incontournable pour les acteurs de la mobilité de demain. Les salons automobiles sont donc en pleine mutation. Les organisateurs ouvrent davantage les possibilités autour de leurs évènements, à l'image du Mondial de l'Automobile de Paris qui se tiendra à la rentrée 2018, et où celui-ci semble s'être axé sur la mobilité et non plus uniquement sur l'automobile pure et dure.

Source : Audi