Le ministre de l'Intérieur a botté en touche. Le Premier ministre recadre. Ambiance !

On n'a pas fini d'entendre parler des 80 km/h. Et si la Sécurité Routière dans sa dernière campagne vidéo estime que c'est dans l'ordre des choses et que chaque nouvelle règle de circulation a été contestée, ça fait toujours un peu plus désordre quand une mesure semble déranger dans les rangs même du gouvernement. C'est en tout cas ce qui a vite été analysé comme un "couac" ce jeudi soir, lors d'une réunion publique à Rungis, quand Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, interrogé sur l'arrivée des 80 km/h sur les routes secondaires, a botté en touche. "Je prends un joker sur la question" a-t-il répondu.

Lire aussi:

Et autant dire que ce n'es pas tombé dans l'oreille d'un sourd. C'est vite remonté jusqu'au Premier ministre Édouard Philippe qui plutôt que de faire croire à une dissonance au sein du gouvernement a préféré recadrer les choses dès ce vendredi lors d'un déplacement à Strasbourg. "L'ensemble du gouvernement est mobilisé" a-t-til affirmé dans des propos rapportés par l'AFP. "Nous avons débattu au sein du gouvernement cette décision. Elle a été prise, elle est aujourd'hui la décision de l'ensemble du gouvernement. Je sais évidemment pouvoir compter sur l'engagement du ministre de l'Intérieur pour faire en sorte que cette décision soit mise en oeuvre dans d'excellentes conditions". Voilà qui est dit ! 

Voir aussi:

Toujours "prêt à assumer" sa mesure, aussi impopulaire soit-elle, Édouard Philippe fait front à seulement quelques semaines de la mise en place de la mesure, le 1er juillet prochain. Pour rappel, près de 3/4 des Français sont contre cette réduction de la vitesse de 90 km/h à 80 km/h sur les routes à double sens, sans séparateur central.

Source : AFP