Elle vise également 100'000 bornes de recharge à cette échéance.

Les ministères de l'Économie, de l'Environnement et des Transports ainsi que les constructeurs ont élaboré un nouveau "contrat stratégique de la filière automobile". Présenté mardi par le gouvernement français, il doit stimuler le développement du véhicule électrique en France. 

Lire aussi:

 

Ambitieux, les différents protagonistes veulent multiplier par cinq les ventes de véhicules électriques (utilitaires inclus) d'ici 2022. Concrètement, cela donnerait 150'000 immatriculations de voitures électriques par an, contre 30'000 actuellement.

Le gouvernement souhaite que le parc automobile national comporte un million de voitures électrifiées en 2022. Il vise dans le détail 600'000 véhicules électriques et 400'000 hybrides rechargeables.

L'État aimerait également que la France ou l'Europe se dote d'une "offre industrielle dans le domaine des batteries", afin de briser l'inquiétant monopole de l'Asie (et notamment de la Chine) dans ce domaine. Il promet également de soutenir le développement de l'électrique en facilitant l'installation de nouvelles bornes. Il en veut 100'000 sur le territoire en 2022, soit une pour dix véhicules électriques en circulation.

Le plan aborde également la question du véhicule autonome. "L'État lancera en juin un appel à projets, doté de 40 millions d'euros, visant à soutenir un programme d'expérimentations de véhicules autonomes représentant plus de 200 millions d'euros d'investissements", apprend-on notamment. Ces propos font échos à ceux de Bruno Le Maire, qui annonçait la semaine dernière que les tests de véhicules sans conducteur seraient autorisés en France dès 2019.

Source : AFP