Les vieux diesels vont encore coûter plus cher !

Les députés européens votaient cette semaine pour l'avenir des autoroutes au sein de l'Union Européenne, et ont décidé que leur prix ne dépendrait plus uniquement des concessionnaires autoroutiers et des gouvernements locaux. La Commission des Transports, le nom du groupe de députés en question, a en effet voté une redevance routière basée sur les émissions polluantes des véhicules concernés.

Lire aussi:

Le projet doit encore passer entre les mains du Conseil Européen puis être approuvées par les Etats-membres de l'Union Européenne, mais il pourrait sonner la fin du système actuel et lancer un tout nouveau système de redevance sur nos autoroutes, qui ne dépendrait alors plus de la distance parcourue, mais bien des émissions polluantes des véhicules qui les emprunteraient.

Actuellement, les différences de tarifs se font au niveau du poids du véhicule, puisque l'on considère qu'un poids lourd use plus la chaussée qu'un petit camion, qui lui-même l'use plus qu'une voiture, et ainsi de suite, pour les quatre classes appliquées sur nos autoroutes. Selon la nouvelle réglementation, ce seront donc les véhicules les plus polluants qui seront le plus taxés, mais il se pourrait également que des différences soient appliquées selon les zones les plus polluées.

Lire aussi:

Dans les faits, la Commission européenne pourrait décider de taxer un peu plus les véhicules polluants, notamment ceux propulsés par des moteurs diesel, et pourrait à l'inverse diminuer les tarifs des autoroutes de moitié pour les véhicules électriques et plus globalement ceux à zéro émission. Si elle est approuvée, cette nouvelle réglementation pourrait être appliquée dès 2021 pour les poids lourds et en 2026 aux véhicules de tourisme et aux motos.