Le Dieselgate n'a pas livré tous ses secrets.

Les révélations dans l'affaire du Dieselgate se suivent. Et se ressemblent. Et alors que du côté du groupe Daimler, le grand patron Dieter Zetsche est convoqué par le ministère des Transports pour s'expliquer sur la découverte de plusieurs dispositifs d'arrêt illégaux sur des moteurs diesels, c'est au tour du PDG d'Audi d'être mis en cause.

Lire aussi:

On apprend en effet que Rupert Stadler est mis en cause personnellement dans une enquête sur le Dieselgate et les moteurs diesels truqués. Le parquet de Munich a fait savoir que le dirigeant, et un autre membre du directoire actuel de la marque aux Anneaux, sont personnellement soupçonnés dans le cadre de l'élargissement depuis le 30 mai de cette enquête. Ils sont soupçonnés notamment de "fraude" et d'avoir contribué "à l'émission de faux certificats".

Si selon le magazine allemande Der Spiegel, la seconde personne mise en cause pourrait être Bernd Martens, à la direction des achats, des perquisitions auraient été menées au domicile des deux hommes.

Un porte-parole d'Audi, joint par l'AFP, a seulement déclaré que "Audi coopère avec les autorités". 

Pour rappel, cela fait suite au rappel ces derniers jours de 60'000 véhicules Audi, des A6 et A7. En cause ? La découverte d'un logiciel qui permet de falsifier les niveaux d'émissions des gaz polluants.

Lire aussi: