Le géant allemand veut redorer son blason.

C'est promis, le groupe Volkswagen ne fera plus de tests sur des animaux. Cette résolution, qui pourrait paraît étonnante de prime abord, fait suite au "Monkey Gate" dans lequel a été mouillé le géant allemand. Ce scandale a éclaté au lendemain de révélations faites d'abord par le New York Times, puis par le Stuttgarter Zeitung. Les journalistes américains expliquaient que VW avait financé plus ou moins directement des tests consistant à faire inhaler des gaz d'échappement à des singes. Leurs homologues allemands ajoutaient que des cobayes humains avaient également été utilisés. Ces expériences devaient démontrer que le diesel TDI était devenu moins polluant mais, faute de résultats satisfaisants, elles ne débouchèrent finalement sur rien de concret.

 

Lire aussi :

Aujourd'hui, le New York Times rapporte que VW promet de cesser ces pratiques. La marque s'y est engagée dans une lettre adressée à la branche allemande d'un groupe de défense des animaux (le PETA, pour People for the Ethical Treatment of Animals). "Les projets de recherches et les études doivent toujours être équilibrés en tenant compte des questions éthiques et morales", y explique Herbert Diess, le nouveau patron de VW. "Volkswagen prend clairement ses distances avec toute forme d'abus envers les animaux. À l'avenir, nous exclurons tous les tests sur les animaux, aussi longtemps qu'il n'y aura de pas de raisons pressantes – comme des raisons légales – qui les rendraient nécessaires." Le groupe allemand, qui avait déjà fait amende honorable dans un communiqué publié au lendemain des premières révélations, s'engage aussi à adopter un nouveau code de conduite plus éthique, qui concernera l'ensemble de ses marques et de ses employés. 

Source : New York Times

Lire aussi :