Quatre sites sont concernés.

Le Groupe Renault s'apprête à investir plus d'un milliard d'euros en France pour développer le véhicule électrique. Ce projet fait partie intégrante du plan stratégique Drive The Future, qui court jusqu'en 2022.

À l'avenir, le Losange se dotera d'un second site de production de voitures électriques dans l'Hexagone. Il a jeté son dévolu sur l'usine de Douai, dans laquelle sera donc introduite la nouvelle plateforme électrique de l'Alliance.

Le site de Flins, qui assure à l'heure actuelle la production de la Zoé, va lui aussi profiter des investissements annoncés. Le groupe a en effet décidé de doubler ses capacités de production de la Zoé, et d'y introduire la prochaine génération du modèle électrique.

L'usine de Cléon sera elle en mesure de produire trois fois plus de moteurs électriques dans les prochaines années. À partir de 2021, Renault y fabriquera la nouvelle génération de motorisation "0 émission".

Enfin, une partie des investissements sera affectée à Maubeuge, qui se chargera d'assembler le Kangoo de prochaine génération et sa déclinaison entièrement électrique le Kangoo Z.E.

Lire aussi :

"L'accélération de nos investissements en France pour le véhicule électrique va permettre d'améliorer la compétitivité et l’attractivité de nos sites industriels français. Dans le cadre de son plan stratégique Drive The Future, et avec l’Alliance, le Groupe Renault se donne les moyens de maintenir son leadership sur le marché du véhicule électrique et de continuer à développer de nouvelles solutions de mobilité durable pour tous", a déclaré le PDG Carlos Ghosn.

Le groupe français n'oublie pas de rappeler qu'il est aujourd'hui le leader du marché de l'électrique européen. L'an dernier, il a vu ses ventes grimper de 38% et s'est octroyé une jolie part de marché de 23,8%.