Cela ne s'appliquera pas aux contrôles vitesse, fixes et mobiles.

Les alliés des automobilistes en France ne sont pas bien perçus par les forces de l'ordre lorsqu'ils permettent d'indiquer leur position sur la route. C'est le cas notamment de l'application communautaire Waze, où les automobilistes peuvent librement signaler les contrôles de police en temps réel. C'est aussi ce que propose Coyote, qui après avoir été l'un des leaders sur le marché du détecteur de radars, a lancé un assistant communautaire fonctionnant sur le même principe que Waze.

Lire aussi:

De quoi agacer le gouvernement, qui serait sur le point de valider un décret pour contrer cela. L'idée ne serait pas de punir les automobilistes qui avertissent de la présence des contrôles, ce qui est impossible à faire en l'état, mais plutôt d'empêcher que ces avertisseurs n'émettent des informations dans les zones où sont repérés les contrôles de police et de gendarmerie.

"Les automobilistes pourront toujours signaler la présence des forces de l’ordre sur leur avertisseur mais l’information ne sera pas répercutée aux autres automobilistes", explique Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la Sécurité Routière. Il semble cependant que ce blocage ne soit pas actif sur les contrôles concernant la vitesse, qu'il s'agisse de dispositifs fixes ou mobiles.

Vous aimerez aussi:

En effet, ce décret qui devrait être publié dans le courant du mois de juillet concerne des cas précis, à savoir les "contrôles anti-criminalité, d’alcoolémie et de drogue." Rassurez-vous donc, vous ne serez pas hors du cadre légal en publiant des informations sur des contrôles radar, et encore moins en publiant la présence de radars fixes sur la route. Toutefois, rien de tout cela ne doit évidemment faire oublier le respect des limitations de vitesse !