Il n'est pas encore accusé, mais soupçonné d'avoir eu connaissance du dieselgate.

L'affaire du dieselgate continue de faire des ravages en Allemagne. Après que Volkswagen a accepté de payer une amende s'élevant tout de même à un milliard d'euros, les jugements individuels continuent et l'un des derniers à être grandement concerné par l'affaire est Rupert Stadler, PDG d'Audi, qui est désormais en proie avec la justice. Il a en effet été arrêté par la police et placé en détention immédiate.

Lire aussi:

S'il bénéficie de la présomption d'innocence, la justice craignait que Stadler ne cherche à détruire de potentielles preuves de son implication et de ses méfaits dans le dieselgate. Une perquisition avait déjà eu lieu chez lui récemment, ainsi que chez un autre membre du conseil d'administration de la marque. Mais comme l'enquête bat son plein, la justice allemande n'a pas voulu lui laisser la possibilité de toucher à d'autres preuves, encore recherchées.

Il est soupçonné d'avoir eu connaissance de la présence du logiciel truqueur sur le V6 TDI qui équipe de nombreuses voitures aux anneaux, mais aussi des véhicules d'autres marques du groupe, notamment Volkswagen. Il va désormais falloir prouver que c'était le cas si la justice veut condamner Rupert Stadler, et c'est pour cela qu'elle n'a pas voulu lui laisser la possibilité d'en faire disparaître.

Vous aimerez aussi:

Cette mesure fait suite à un nouveau rappel de 60'000 véhicules, des Audi A6 et A7 équipées du V6 en question. Le groupe Volkswagen-Audi continue de faire les rappels nécessaires pour essayer de boucler cette affaire à l'ampleur inédite, qui dure depuis 2015, mais ces nouvelles décisions judiciaires montrent que le soufflé est loin de retomber outre-Rhin, où les juges semblent décidés à punir tous les acteurs du désormais tristement célèbre dieselgate.