L'annonce a été faite ce matin par le Premier ministre Édouard Philippe chez nos confrères de RTL.

Depuis le 1er juillet 2018, les routes secondaires non scindées par un séparateur central passent de 90 à 80 km/h. Invité ce matin au micro de nos confrères de chez RTL, le Premier ministre Édouard Philippe, a annoncé que le produit des dépassements de vitesse sur les 400'000 kilomètres de routes secondaires maintenant limitées à 80 km/h servirait à financer les établissements de santé et non les caisses de l'État. Cette annonce, certainement aussi faite pour calmer la gronde des usagers contre l'entrée en vigueur de cette mesure, n'est pas non plus vraiment une surprise.

Lire aussi :

En effet, le 20 juin dernier, le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe, avait évoqué ce transfert d’argent. Celui-ci avait affirmé que les fonds collectés de ces amendes iraient directement dans une caisse traçable en loi de Finances qui alimentera le budget des hôpitaux. Pour le moment, ni Emmanuel Barbe, ni Edouard Philippe, n'ont précisé le mécanisme de ce transfert de fonds.

Si cette mesure a toujours du mal a passer auprès des usagers, Édouard Philippe n'a pas abdiqué et a évoqué de nouveau le fond de sa pensée vis-à-vis de cette mesure : "L’idée, ce n’est pas d’ennuyer tout le monde, l’idée, ce n’est pas de désavouer tel ou tel, c’est de sauver des vies, c’est d’éviter des blessés. En politique, il faut savoir prendre des décisions qui sont impopulaires quand on pense qu’elles sont bonnes pour le pays", a précisé le chef du gouvernement. "Plus personne ne grogne, quelques années après, quand les résultats sont là." En effet, selon le gouvernement, abaisser la vitesse de 10 km/h permettra de sauver 300 à 400 vies par an.

Source : RTL