PSA prépare également une offensive.

À quelques jours du retrait définitif des Autolib', la Mairie de Paris annonce avoir trouvé un accord avec le Groupe Renault pour la mise en place d'un nouveau service d'autopartage. Le plan adopté va aboutir à la création d'une importante flotte de voitures propres dans la capitale. 

À partir de septembre 2018, le groupe Renault lancera une offre de véhicules électriques en autopartage accessibles en libre-service 24/7 et sans stations. Parallèlement, il créera une seconde offre d'autopartage électrique "en boucle", plus conçue pour répondre aux besoins de ceux qui effectuent des trajets longs. Les voitures seront également accessibles en libre-service 24/7, mais depuis des parkings Renault. Enfin, le Losange va développer une offre de VTC électrique via la plateforme Marcel qui lui appartient.

Lire aussi :

Le constructeur estime que cet ensemble de services représentera une flotte de 2000 voitures d'ici fin 2019. Celle-ci comportera bien évidemment des Zoé, mais aussi des Twizy, des Kangoo Z.E et des Master Z.E. Les différents tarifs et les modalités n'ont pas été communiqués à ce stade.

La Mairie et le groupe Renault envisagent sur le plus long terme d'approfondir leur collaboration pour proposer d'autres services sur le plus long terme. Ils exploreront de nouvelles pistes en s'appuyant sur un groupe de travail ouvert associant les métropoles et les entreprises.

"Les villes et les constructeurs automobiles ont vocation à s’allier pour l’avenir de la mobilité. Paris et le Groupe Renault ouvrent aujourd’hui la voie en faisant converger leur action dans les domaines de l’autopartage et des motorisations électriques", a déclaré Anne Hidalgo.

Il est à noter que PSA va également tenter sa chance, en lançant au dernier trimestre 2018 son propre service d'autopartage. Intégrée à la marque Free2Moove, son offre fonctionnera avec une flotte de 500 voitures électriques issues des marques Peugeot et Citroën.