Un aileron modifié pour aider à aller plus vite. Et Henri Pescarolo au volant !

Il voulait atteindre une vitesse de plus de 240 km/h. Oui, mais à vélo. Tel était le rêve du cycliste Jean-Claude Rude. Et en 1978, c'était plus rapide que la plupart des voitures de l'époque ! Sauf évidemment des voitures de course, comme la Porsche 935 Martini Racing par exemple. Mais pourquoi elle ? Parce que c'est justement ce bolide de course qui sera choisi pour aider le cycliste à tenter d'atteindre son record ! 

En effet, Jean-Claude Rude a fait appel à son ami Henri Pescarolo pour l'aider à atteindre la vitesse qui le fait rêver et entrer dans les livres. Henri Pescarolo est alors une légende des 24 Heures du Mans, la course mancelle qu'il a déjà remportée en 1972, 1973 et 1974. Alors pilote pour Porsche, Pescarolo se voit confier par Porsche une 935 Turbo Martini Racing, l'une des voitures les plus puissantes de l'époque avec ses 800 chevaux. Le but étant de la modifier pour aider au record.

Si sur le vélo, un immense plateau a été installé, permettant a priori de parcourir jusqu'à 27 mètres par coup de pédale, sur la Porsche, c'est la partie arrière qui accueille une sorte d'aileron qui permet au cycliste qui se trouve derrière d'être protégé de l'air et du vent, et donc d'aller plus vite. Autre modification, l'ajout d'une sorte de rouleau sur le pare-choc arrière qui permettait a priori de ne pas tomber si la roue avant venait au contact de la voiture...

"Si je faisais une grosse faute ou que j'accélérais trop fort, Jean-Claude n'aurait plus été protégé du vent, et à 200 km/h, il aurait été expulsé. C'était la vie de Jean-Claude Rude que je contrôlais" explique Henri Pescarolo.

C'est le 23 août 1978 que décision a été prise de tenter le record de vitesse à vélo. Et c'est sur la piste d'essai de Volkswagen d'Ehra-Lession, en Allemagne, que s'est élancé Jean-Claude Rude, précédé d'Henri Pescarolo pour une première tentative. Le cycliste de 23 ans atteindra même 170 km/h avant que son pneu n'éclate ! En contrôlant "comme un skieur" comme l'explique Henri Pescarolo, il a réussi à ralentir sans tomber. Mais il se sera quand même fait une sacrée frayeur et ne retentera pas l'exploit...